EPE Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Y a-t-il un avenir pour l’Eglise ?

Y a-t-il un avenir pour l’Eglise ?

LECTURES : Psaumes 145   –   Ephésiens 1.15.22   – Matthieu 16.18

Le 17 février 2008, nous avons prononcé la dédicace de notre nouvelle église et nous avons ensuite fêté son 10e anniversaire, non pas pour fêter des briques, mais pour remercier Dieu d’avoir permis la construction de ce bâtiment qui devait être un outil pour toutes les activités chrétiennes qui s’y tiennent, avec les enfants, les jeunes, les dames, les messieurs, les cultes, les études bibliques, la prière, des concerts, des conférences, l’Ecole du dimanche, l’école “Les Perles”, et beaucoup d’autres activités.

TROIS PRELIMINAIRES

1) L’Eglise, ce sont les gens, un ensemble d’hommes et de femmes, de jeunes, d’enfants, de couples, de familles. Si nous demandons à un enfant de dessiner une église, il va sans doute dessiner un bâtiment avec un clocher ! L’Eglise c’est du matériel et du spirituel. On ne sait pas séparer les deux. Il ne faut jamais négliger le bâtiment. Il faut en prendre soin car ce bien appartient à Dieu, il abrite les chrétiens.

2) L’Eglise, plan de Dieu depuis 2000 ans. Toute l’œuvre de Dieu passe par les Eglises locales. Le dessein divin n’est pas seulement de sauver des âmes, mais aussi de rassembler ceux qui croient. Il faut soutenir l’Eglise locale, s’y investir, y travailler, car c’est l’Eglise de Jésus-Christ, l’Epouse promise et bien-aimée du Christ.

3) L’Eglise n’est pas le paradis ! Tout n’y est pas merveilleux. C’est une erreur de croire que c’était mieux avant. On peut relever dans le Nouveau Testament ±20 passages montrant que l’Eglise primitive était loin de la perfection. Dans l’Eglise, on n’est pas encore au ciel. Il faut le savoir pour éviter les déceptions.

LES DEUX GRANDS DEVOIRS DE L’EGLISE LOCALE

A) La sanctification

« Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification. » (1 Thessaloniciens 4.3). Dieu nous a appelés à la sanctification. » (v.7). Les deux sont nécessaires car elles font croître l’Eglise et la font vivre.

Dans une compétition d’avirons, il faut manier les deux rames d’une même force et d’une même cadence en même temps pour avancer. Si l’on actionne une seule rame, on s’agite, mais on ne progresse pas car on tourne en rond !

La Bible dit : « Approchez-vous de Dieu et il s’approchera de vous … nettoyez vos mains, purifiez votre cœur. » (Jacques 4.8). « Vous serez saints car je suis saint. » (1 Pierre 1.15.16). La sainteté n’est pas une vie dans un monastère, mais une vie propre dans un monde sale. Moïse vint à Horeb, la montagne de Dieu avec ses troupeaux. Dieu lui dit : « Ôte tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte. » (Exode ch.3).

On n’approche pas Dieu n’importe comment. Pour entrer dans la mosquée, les musulmans ôtent leurs chaussures. Mais les pieds aussi sont impurs. En même temps, ils déposent leurs Kalachnikovs qu’ils reprendront en sortant pour “tuer l’infidèle”. Est-ce cela que Dieu demande ?

Nous chrétiens, nous n’enlevons pas nos chaussures pour entrer dans l’église, car ce que Dieu attend de nous, ce sont des cœurs purs. Ce ne sont pas les sandales de nos pieds que nous devons enlever mais les scandales de nos cœurs. On vient à l’Eglise non parce qu’on est pur, propre, parfait, mais pour devenir meilleur. Les chrétiens de l’Eglise de Corinthe l’avaient oublié. Paul leur écrivit : « Vous vous assemblez non pour devenir meilleurs, mais pour devenir pires. » (1 Corinthiens 11.17). La Bible dit : « Rejetant donc toute malice et toute ruse, dissimulation, l’envie et toute médisance, désirez comme les enfants nouveau-nés le lait spirituel et pur de la Parole, afin que vous croissiez en Lui. » (1 Pierre 2.1).

Certaines choses ralentissent la progression du chrétien, comme la maladie ralentit la croissance d’un enfant. Ces choses ralentissent également la progression d’une Eglise locale. Dans l’Eglise, nous sommes solidaires les uns des autres. Nous devons veiller à notre conduite. Nous lisons dans la Bible : « Un seul pécheur détruit beaucoup de bien. » (Ecclésiaste 9.18).

B) L’évangélisation

La Bible dit : « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. » (1 Timothée 2.4). Jésus a dit à ses disciples : « Allez et faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer ce que je vous ai prescrit. » (Matthieu 28).

L’évangélisation est un devoir important. C’est Dieu qui veut que tous les hommes soient sauvés et Jésus a dit aux siens : « Allez, faites de toutes les nations des disciples. »

Dans la région et ailleurs, quelques Eglises sont mortes ou en train de mourir parce qu’elles se sont repliées sur elles-mêmes, n’étant plus tournées vers l’extérieur. Elles sont devenues des “clubs privés”, croyant peut-être que les âmes allaient atterrir dans les Eglises. Mais Jésus a dit : « Allez, va ! »

L’Eglise qui ne va pas vers les gens et le monde pour les amener à Christ n’a pas de raison d’être ! Tôt ou tard, elle mourra. Jésus déclare : « Comme le père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » (Jean 20.21). Il faut maintenir les efforts d’évangélisation, organiser un culte “portes ouvertes”, offrir des Bibles, un Évangile, des traités, … Si on n’agit pas, l’Eglise mourra même si elle a un beau bâtiment, beaucoup de jeunes, des finances saines.

La vie du chrétien dans son Eglise passe par la sanctification et l’évangélisation. Avec le Borinage, notre région a été l’une des mieux servies sur le plan des Eglises locales.

Aujourd’hui, plusieurs Eglises sont en recul, voire même moribondes parce qu’elles ont négligé les deux devoirs : sanctification et évangélisation.

L’EGLISE DOIT ETRE CENTREE SUR :

1) Jésus-Christ, sa personne, sa vie, sa mort, sa résurrection, ses miracles, son enseignement. C’est Lui qui bâtit l’Eglise dont il est la tête, le chef, le centre (Colossiens 18).

Une avalanche de textes bibliques : « Dieu a voulu que toute plénitude habitât en Jésus. » (Colossiens 1.19) ; « Vous avez tout pleinement en Christ. » (Colossiens 2.10) ; « Dieu l’a couronné de gloire. » (Psaumes 8.6) ; « Dieu l’a fait Seigneur et Messie. » (Actes 2.36) ; « Dieu lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse… et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur à la gloire de Dieu le père. » (Philippiens 2.9-11).

L’Eglise se construit sur Christ, par Christ, pour Christ. L’apôtre Paul a écrit : « Je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié. » (1 Corinthiens 2.2) et aussi : « Je vous ai annoncé avant tout que Christ est mort pour nos péchés, … et qu’il est ressuscité le troisième jour. » (1 Corinthiens 15.3-4). Il a ajouté : « Personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. » (1 Corinthiens 3.11).

Cap sur la croix dans la sanctification et pour l’évangélisation. Quand les jeunes jouent au basket, le coach crie : “Va à l’anneau !”, “Regarde l’anneau !”. Comme coach-pasteur de l’Eglise, je dis : “Va à l’Agneau !”, “Vis pour l’Agneau !”

2) L’Eglise doit être construite sur la Parole de Dieu, la Bible seule. Jésus a déclaré : « Ta parole est la vérité. » (Jean 17.17). Fâché contre les Pharisiens, Jésus leur dit : « Vous abandonnez le commandement de Dieu et observez la tradition des hommes. » (Marc 7.8).

La première Eglise naquit à Jérusalem. Pierre prêcha à la Pentecôte : 3000 conversions ! Que prêcha-t-il ? Christ, les Ecritures, citant sans cesse la Parole de Dieu (des psaumes, Joël, 2 Samuel, …).

3) L’Eglise doit être animée par l’amour de Dieu. Jésus a dit : « A ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jean 13.35). Une Eglise sans amour est une trahison et n’a plus rien à dire au monde.

Jésus a dit : « Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres. » (Jean 13.34). « Celui qui aime les autres accomplit la loi. » (Romains 13.8). « … afin qu’étant enracinés et fondés dans l’amour, vous puissiez comprendre. » (Ephésiens 3.17). « Ce que je demande dans mes prières, c’est que votre amour augmente de plus en plus. » (Philippiens 1.9), et (2.2) « Rendez ma joie parfaite ayant un même sentiment, un même amour. » « L’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs. » (Romains 8.5). « Aimez-vous les uns les autres de tout votre cœur. » (1 Pierre 1.22). « Si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. » (1 Jean 4.11) « L’amour ne périt jamais. » (1 Corinthiens13.8).

Certaines personnes se demandent s’il y a encore un avenir pour l’Eglise. Elles pensent que l’Eglise s’essouffle, étouffée par la science, le matérialisme, la technologie moderne. Erreur ! L’Eglise subsistera jusqu’à la fin du monde. Aucun pouvoir, aucune puissance ne pourra l’anéantir.

Comparons l’Eglise et l’Empire romain : Rome avec sa puissance et l’Eglise avec sa faiblesse, sa fragilité. Qui survécut du combat de David contre Goliath ? L’Eglise de Jésus-Christ !

Jésus a dit : « Tu es Pierre et sur ce roc, je bâtirai mon Eglise et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. » Des forces se sont dressées contre l’Eglise : catholicisme, communisme, athéisme, scientisme, sectes, etc. Mais la Parole du Christ a gardé toute sa puissance. Jésus a dit : « Le ciel et la terre passeront mais mes paroles ne passeront pas. » (Matthieu 24.35). Et il ajoute : « Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier… alors viendra la fin. »

L’Eglise sera là jusqu’à la fin !

Prédication apportée le 11 mars 2018 par Philippe HUBINON
Résumé : Marie-Rose GÉRARD – Encodage : Efrem GERONAZZO

Fermer le menu