EPE Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Une vie en équilibre (1)

Une vie en équilibre (1)

ALLER A LA PARTIE 2

VOLET 1
LE FONDEMENT D’UNE VIE ÉQUILIBRÉE
Proverbes 3.13-26 – Tite 2.11-15

La marche sur un fil

Lors d’un récent Journal Télévisé, les téléspectateurs ont vu la chute mortelle d’un funambule. A plus de cent mètres de hauteur, sur un câble tendu entre deux buildings, sous les yeux de nombreux témoins, l’acrobate s’est lancé en tenant une perche horizontale pour mieux garder sa stabilité. Mais il a perdu progressivement l’équilibre et est finalement tombé en s’écrasant sous les cris horrifiés de la foule.

La vie peut être comparée à une marche sur un fil. Nous sommes tous en fait sur le fil de la vie, et il est important pour chacun, de savoir tenir l’équilibre : stabilité dans nos foyers, dans nos familles, dans le milieu professionnel, dans notre être intérieur, dans l’Eglise, équilibre dans notre vie spirituelle, dans notre personnalité.

La Bible, source de sagesse

La psychologie est la discipline scientifique qui s’occupe de cette question. Pourtant, personne mieux que Dieu ne connaît l’être humain et son fonctionnement. La Bible reste encore le meilleur livre de psychologie. Aucun ouvrage au monde n’explique, mieux que l’Ecriture Sainte, qui est l’homme et comment il fonctionne.

Beaucoup de problèmes relatifs à l’être humain et à sa personnalité trouvent leur origine dans le fait suivant : nous avons oublié l’enseignement de Dieu sur l’être humain.

La Bible n’utilise pas le mot psychologie ou équilibre, mais le terme “sagesse”. Sa définition est la capacité de tenir l’équilibre dans tous les domaines de la vie. Un fou est appelé un “déséquilibré”. Un élément dans sa vie a pris trop de “poids” et a ainsi déstabilisé son comportement : pour l’un c’est l’argent, une ambition, un sport, une religion, pour l’autre ce peut être la jalousie, la cupidité, le pouvoir, la gloire. Quelqu’un menant bien sa vie, est qualifié de “bien équilibré”.

Pour faciliter notre compréhension de la Bible et en particulier de l’Ancien Testament, nous pouvons remplacer le mot “sagesse” par le mot “équilibre”.

Quand l’Ecriture déclare que Dieu est sage, cela signifie notamment qu’il est équilibré. En lui il n’y a rien de trop ou de trop peu. Quand l’Ecriture dit : « La crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse. » (Psaumes 111.10 – Proverbes 9.10), cela peut signifier : la crainte de Dieu est le commencement de “l’équilibre”.

De même : « Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse. » (Proverbes 3.13) peut être compris comme : heureux l’homme qui a trouvé l’équilibre dans sa vie.

Le péché est dévastateur

Dans un certain sens nous sommes tous des déséquilibrés, à cause du péché. Celui-ci, dans nos vies, nous fait perdre l’équilibre. Le péché déséquilibre la vie de nos familles, de nos foyers, de notre société. Il faut donc s’équilibrer ! Voilà la sagesse !

Remarquons encore que l’Ecriture fait une différence entre intelligence et sagesse. Quelqu’un peut être très intelligent et peu sage, déséquilibré. Inversement, des gens simples, n’ayant jamais fait de grandes études peuvent être sages, bien équilibrés dans leur vie.

On comprend ce que la Bible déclare : « Combien acquérir la sagesse vaut mieux que l’or. » (Proverbes 16:16). « La sagesse vaut mieux que les perles, la force, les armes, elle est préférable à un héritage. » (Proverbes 3.13-15).

Le premier pas vers l’équilibre, c’est la crainte de Dieu. La Bible dit : « Le commencement de la sagesse (équilibre), c’est la crainte de Dieu. » (Proverbes 9.10).

Le péché est dévastateur. Il engendre le désordre, la perte d’équilibre et l’échec. Le premier élément stabilisateur est la crainte de l’Eternel, la foi en Dieu. Un individu n’est vraiment équilibré que dans la foi en Dieu. Sans la crainte de Dieu, sans la foi en Dieu, un être humain ne peut être complet, parce qu’alors dans sa vie, manque un élément primordial, qui déséquilibre son existence.

L’homme a besoin de Dieu

Nous avons un corps, une âme, un esprit. Notre corps a besoin d’air, de nourriture, d’eau, d’espace, de repos. De même, notre âme a aussi des besoins : besoin de nourriture, d’être abreuvée, de la communion avec Dieu, de repos, de joie. Elle a besoin de Dieu.

Si un homme ne se préoccupe que des besoins de son corps, il déséquilibre sa vie parce qu’il oublie son âme, et il rend instable sa personne.

N’est-ce pas là une raison susceptible d’expliquer tant de problèmes psychologiques en nous et autour de nous ? En effet, beaucoup d’hommes, de femmes, de jeunes, d’adolescents et parfois même d’enfants sont confrontés à des troubles psychologiques. Jésus a enseigné : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » (Matthieu 4.4).

Dans la vie, le pain et la dimension spirituelle sont nécessaires. Toutes les idéologies matérialistes ont détruit la nature humaine en la déséquilibrant, en l’amputant. C’est une des raisons de l’échec du système marxiste par lequel on a voulu inculquer à l’homme qu’il n’était que matière et non esprit.

Notre être ne se trouve bien, épanoui, équilibré, que s’il tient compte de sa dimension spirituelle, condition nécessaire à sa stabilité. Lorsque l’Ecriture dit que Jésus est notre sagesse, nous pouvons comprendre ses mots en disant que Jésus-Christ apporte dans une vie, l’équilibre.

Venir à Jésus-Christ

Quiconque rencontre Jésus-Christ, peut découvrir en lui la stabilité. C’est le début.

Le fondement d’une vie équilibrée consiste à venir à Jésus-Christ, à poser un acte de foi en s’approchant de la croix. Alors Jésus-Christ peut rétablir l’ordre, la stabilité et l’équilibre. Voilà pourquoi aujourd’hui tant de personnes se sentent mal dans leur peau : cette absence de dimension spirituelle en eux entraîne dans leur foyer, leur être, leur activité professionnelle, un déséquilibre. La foi en Jésus-Christ, la crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse. Bien des personnes ont basculé, puis sombré dans l’alcoolisme, la drogue, la délinquance, le péché, l’indifférence, la rébellion, parce qu’elles avaient tout, sauf… la foi en Jésus-Christ. Avons-nous trouvé en Christ l’équilibre dans notre couple, dans notre vie ? Souvenons-nous de la catastrophe du Herald of Free Enterprise [1] Cependant, un navire bien équilibré peut affronter les plus fortes tempêtes sans aucun dommage.

Jésus-Christ n’a jamais dit que notre vie serait un long fleuve tranquille, un voyage paisible sur une mer toujours calme. Mais Jésus-Christ, notre sagesse, veut tenir notre vie en équilibre au travers de toutes les circonstances, lors des tempêtes appelées maladie, souffrance, déception, deuil, échec. Jésus-Christ veut nous empêcher, dans ces rudes difficultés, de sombrer.

Et rappelons-nous que ce n’est pas parce que quelqu’un s’est converti qu’il a résolu tous ses problèmes, trouvé l’équilibre parfait, total et définitif. Si la crainte de l’Eternel est le commencement, le fondement de la sagesse, de l’équilibre, il reste néanmoins plusieurs domaines, de ces petits compartiments de notre vie, où nous devons être équilibrés et sages.

Fermer le menu