EPEL Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Un Evangile à améliorer ?

« Quoi ? À chaque tournant de l’Histoire, l’Evangile sombrerait dans le non-sens, l’inadapté, l’inacceptable, et devrait être repensé, corrigé sur mesure ? Comment ? Le mystère de Dieu n’aurait été exprimé qu’à l’intention des adeptes de la civilisation gréco-latine du bassin méditerranéen et devrait, à chaque époque, être retraduit selon les mentalités de chaque nation, de chaque peuple, de chaque tribu, par des « herméneutes » qui se plébiscitent eux-mêmes ? Ce Dieu aurait mis le Fils de son amour aux enchères des esprits de ce monde… ? Celui qui, des millénaires durant, a proclamé : « Mes pensées ne sont pas vos pensées. » (Esaïe 55:8) déclarerait désormais : « Vos pensées seront les miennes. » ? Et Jésus ? Aurait-il sciemment adopté les idées de l’époque… sachant qu’elles ne véhiculeraient qu’un temps son message, confiant que d’autres, plus tard, le transmettraient mieux que Lui ? Aurait-il, Lui, la Parole vivante, ignoré qu’il s’exprimait en termes irrecevables ? « Quel est donc le μchrist qu’ils nous rotent ? », s’écrierait ici Jean Calvin. Et mon professeur de théologie pratique (Maurice Ray) dans les années 1960, d’affirmer avec juste raison : “Se réclamer d’une évolution de la société pour déclarer, voire décréter, qu’il faut aménager la vérité scripturaire, corriger Paul et moderniser l’Eglise, c’est annoncer un autre Evangile, c’est travailler à l’édification d’une “maison de Dieu” corrigée par des mains humaines.”

Pasteur Pierre Marcel

Revue Réformée 147/86/3
Voir en ligne : Site de la Revue Réformée

Publié au bulletin “Résurrection” de septembre-octobre 2012.

Fermer le menu