EPE Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Touche pas à ma foi ! (3)

Touche pas à ma foi ! (3)

Aller à la partie 1 (volets 1 et 2).
Aller à la partie 2 (volets 3 et 4).
Aller à la partie 4 (volets 7 et 8).

Les 8 volets de cette série sont disponibles en un seul fichier PDF.
Touche pas à ma foi

VOLET 5
“Il y a trop d’hypocrites parmi les chrétiens”
Matthieu 24.45-51 – 1 Pierre 3.15

Chrétien, défends ta foi ! Telle est l’exhortation laissée ici par l’apôtre Pierre : « Soyez toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous. » (1 Pierre 3.15). Nous devons répondre quand on nous demande pourquoi nous croyons ou lorsqu’on nous présente des objections contre la foi chrétienne.

Dans la série “Touche pas à ma foi”, nous abordons une nouvelle objection formulée contre l’Evangile : “Les chrétiens sont des hypocrites.”, ou encore : “Vous ne me verrez jamais dans l’église parce qu’il y a beaucoup d’hypocrites parmi les chrétiens.” La réponse à cette objection se partage en trois volets :

c’est en partie vrai
il ne faut pas confondre la règle et l’exception
il ne s’agit pas là d’une objection mais d’une excuse.

PREMIER VOLET : CETTE OBJECTION EST VRAIE EN PARTIE.

Ouvrons une parenthèse importante. Tout en ayant le devoir de défendre notre foi et l’Evangile que nous professons, nous avons aussi le devoir d’être honnête et vrai dans les réponses que nous apportons. Devant les attaques que nous subissons, nous n’avons pas le droit de nous voiler la face, ni de fermer les yeux devant les réalités auxquelles nous sommes confrontés. Il convient donc de reconnaître qu’il y a parmi le peuple chrétien des tricheurs, des hypocrites, des gens qui jouent double jeu, des loups déguisés en brebis, comme dit le Seigneur (Matthieu 7.15). Certains en effet sont anges le dimanche et démons en semaine. Toutes les Eglises du monde connaissent probablement ce fléau.

Il faut d’ailleurs noter que la Bible elle-même ne se voile pas la face. Elle nous révélera qu’au sein des douze apôtres, se trouvait un traître. La Bible ne cache pas l’existence d’un hypocrite, d’un homme qui a joué double jeu pendant les trois ans de ministère de Jésus-Christ.

L’Ecriture ne cache pas que l’apôtre Pierre, à un moment donné de sa vie, a eu une attitude hypocrite au point que l’apôtre Paul le reprendra publiquement. (Galates 2.11-14).

Barnabas, homme de consolation, sera lui aussi entraîné sur le chemin de l’hypocrisie.

La Bible est honnête. Quand elle parle d’Israël, le peuple de Dieu, elle ne cache pas les faiblesses du peuple élu. De même l’Ecriture ne dissimule pas les manquements de l’Eglise. Nous devons aussi faire preuve d’honnêteté. Quand Paul répond à Agrippa pour se défendre des accusations portées contre lui, il dira : « Ce sont des paroles de vérité et de bon sens que je prononce. » (Actes 26.25). Si nous sommes chrétiens, nous avons non seulement le devoir de défendre notre foi mais aussi de reconnaître la vérité. Il ne sert à rien de vouloir se fermer les yeux. Il faut avoir le courage d’admettre que dans l’Eglise il y a des loups déguisés en brebis, qui font la honte du témoignage chrétien. Probablement aucune Eglise au monde n’est épargnée par ce triste constat.

Nous devons nous rappeler que Jésus a parlé avec une grande sévérité et dénoncé avec une violence le péché d’hypocrisie. Le Sermon sur la montagne (Matthieu 5) commence par huit béatitudes : « Heureux …, Heureux … » Beaucoup connaissent ce texte. Nous savons peut-être moins que l’Evangile selon Matthieu se termine par huit malédictions prononcées par le Seigneur : « Malheur …, Malheur …, Malheur … » Huit fois ! (Matthieu 23.13, 14, 15, 16, 23, 25, 27, 29) : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! » Et Jésus ajoute : « Le maître viendra, mettra en pièces le méchant serviteur, et lui donnera sa part avec les hypocrites : c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents. » (Matthieu 24.51). On ne peut trouver dans les Evangiles de paroles plus sévères de la part du Christ, très ferme quand il évoque l’hypocrisie.

Ceci ne concerne pas seulement les chrétiens, mais aussi les pasteurs, évangélistes et missionnaires qui auront trahi la cause de l’Evangile. Nous connaissons tous les noms de certains serviteurs de Dieu qui ont traîné bien bas la cause de l’Evangile en faisant preuve d’hypocrisie. Souvenons-nous de ces prédicateurs qui, sur les écrans de télévision, Bible en main, dénonçaient l’adultère et l’immoralité, et qui sur les mêmes écrans quelques années plus tard, devaient devant des millions de téléspectateurs faire aveu de leur inconduite. De telles éclaboussures ont ainsi souillé l’Evangile, aux Etats-Unis et jusqu’en Europe. C’est vrai ! Il y a parfois des hypocrites, des traîtres à la cause de l’Evangile. Ceux-là doivent se hâter de se repentir et changer de conduite avant que la colère de Dieu ne les atteigne.

Mais cela étant dit, abordons la seconde partie de notre argumentation.

DEUXIÈME VOLET : IL NE FAUT PAS CONFONDRE L’EXCEPTION AVEC LA RÈGLE.

S’il y a des brebis galeuses dans le peuple de Dieu, il n’y a pas que cela. Ces cas isolés de trahison ne sont pas la règle. Il y avait un Judas parmi les apôtres, et pas douze. A côté du traître il y avait onze hommes droits, fidèles, qui pour la plupart payeront de leur vie leur fidélité à l’Evangile. A leur suite, des milliers et des millions de chrétiens marcheront dans la lumière de l’Evangile, en étant des exemples à suivre. L’apôtre Paul disait : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ. » (1 Corinthiens 11.1). A côté de quelques prédicateurs peu reluisants, il y a des milliers de pasteurs, évangélistes et missionnaires qui ont des vies exemplaires, renonçant à la luxure, à l’immoralité, à la cupidité et à l’hypocrisie.

Il n’est pas inutile de souligner ici le rôle négatif des médias. Elles focalisent l’opinion publique sur un cas, sur une exception, en suggérant que ce mauvais exemple est la règle générale. Les gens sont ainsi faits. Ils préfèrent qu’on leur déballe les détails croustillants de la vie d’un seul traître plutôt que d’entendre les récits glorieux de la vie de milliers d’hommes et de femmes qui ont suivi avec fidélité le chemin étroit. Les gens s’intéressent davantage à la boue qu’aux étoiles, à l’exception plus qu’à la règle générale.

TROISIÈME VOLET : IL NE S’AGIT PAS LÀ D’UNE OBJECTION MAIS D’UNE EXCUSE.

La critique formulée constitue plutôt un préjugé qu’une véritable objection. En effet, la même personne qui affirme ne pas croire en Christ à cause des hypocrites présents dans l’Eglise, va le samedi soir à la discothèque, pourtant elle aussi fréquentée par des hypocrites. Ces mêmes personnes qui refusent d’aller à l’Eglise s’engouffrent facilement le week-end dans les salles de cinéma remplies d’hypocrites, (sur l’écran et dans la salle !). Cela ne les empêche pas de s’y rendre. Ces mêmes personnes se rendent au restaurant le dimanche après-midi où des hypocrites sont assis à d’autres tables. Cela ne les empêche pas de s’y rendre. Le lundi matin on ne manquera pas la réunion syndicale. Pourtant là-aussi il y a des hypocrites. Mais cela ne constitue pas une excuse pour s’y absenter. Le soir avant de rentrer à la maison on ira au bistrot lui-aussi fréquenté par des hypocrites. Pourtant on ne s’empêchera pas d’y aller. Vrai aussi pour le club de bodybuilding ou de football le samedi soir, etc.

Alors pourquoi saisir cette objection juste quand il s’agit des choses concernant l’Eglise ou le Christ ? Ce n’est pas une objection, c’est une excuse. On n’entend jamais dire : “Je ne vais plus au football, il y a trop d’hypocrites !” Ou encore : “On ne me verra plus au cinéma, c’est plein d’hypocrites !” Par contre combien de fois n’avons-nous pas entendu cette objection au sujet de l’Eglise ! Ce n’est pas parce qu’il y a parfois quelques faux billets de mille francs que nous rejetons tous les billets de cette valeur. Ce serait absurde de tenir ce raisonnement. Pourquoi dès lors ne pas comprendre l’absurdité du raisonnement quand il s’agit de l’Eglise la foi et du Christ ? S’il y a des hypocrites parmi les chrétiens, il y en a aussi ailleurs. Mais en dehors des choses de Dieu, cela n’a jamais été une excuse pour personne d’éviter tel ou tel lieu.

ON PEUT RETENIR CE PRINCIPE : ON NE JUGE PAS UNE CAUSE SUR CEUX QUI LA TRAHISSENT.

Si certains trahissent une cause, d’autres la servent avec fidélité, honneur et droiture.

Sur cette question, l’erreur vient aussi de la fausse conception de ce qu’être chrétien. Pour beaucoup, être chrétien se résume à s’abstenir de fumer, boire, courir les jupons, être presque parfait, sans reproche. Mais les chrétiens n’ont jamais revendiqué la perfection ou l’infaillibilité. Le chrétien est quelqu’un qui a reconnu son péché, qui a plaidé coupable devant Dieu et devant les hommes, qui a accepté le pardon de Dieu par la foi en Jésus-Christ. Le chrétien compte sur la grâce de Dieu et le sang de Christ qui a coulé à la croix du Calvaire ; il s’efforce avec l’aide de Dieu de marcher dans la lumière.

Il ne faut pas oublier qu’un chrétien est comparé à un soldat. Mais il ya sur le champ de bataille beaucoup de soldats touchés par l’ennemi. Personne ne les accusera d’avoir été hypocrites. Il arrive que des chrétiens soient, sur le champ de bataille, touchés par l’adversaire et tombent. Les plus grands patineurs du monde tombent sur la glace. Les meilleurs skieurs du monde font aussi des chutes. Il arrive aussi aux chrétiens de chuter. Il ne serait pourtant pas juste de les accuser d’hypocrisie. Cela dit, sans vouloir excuser le péché ou favoriser les compromis, ces chutes font partie de l’expérience chrétienne. L’Ecriture dit : « Que celui qui croit être debout prenne garde de tomber ! » (1 Corinthiens 10.12).

CE N’EST PAS PARCE QU’UN CHRÉTIEN CHUTE QUE L’EVANGILE S’EFFONDRE. MEME QUAND UN CHRÉTIEN TOMBE LA CROIX RESTE DEBOUT. Le sang de Christ garde sa grâce efficace, il ne perd rien de sa puissance.

Un autocollant placé sur la porte d’un foyer chrétien disait : “Si je suis chrétien, cela ne veut pas dire que je suis meilleur que vous mais que Christ a pardonné mes péchés.” Nous devons rechercher à devenir meilleur, à viser haut. Mais il faut savoir que nul n’est parfait, et que sur le champ de bataille, le soldat peut tomber.

Aujourd’hui il serait bien aisé de dire : “Je ne crois pas en Christ à cause des hypocrites présents dans l’Eglise.” “Je ne vais pas à l’Eglise parce que les gens n’y sont pas meilleurs qu’ailleurs.” Mais quand viendra le grand rendez-vous, l’ultime face à face avec le Créateur des cieux et de la terre, qui osera encore dire devant le Maître de l’univers, devant les plaies de Jésus-Christ : “Je ne suis pas allé à l’Eglise parce que ceci …, à cause de cela …, parce qu’un tel était hypocrite.”

Le Seigneur pourrait alors répondre : “Je ne te demande pas ton avis sur les chrétiens. Je te demande quel cas tu as fait de mon Fils. Je te demande ce que tu as fait de la croix. Qu’as-tu à reprocher à Jésus ? Pourquoi lui avoir tourné le dos toute ta vie ? Pourquoi as-tu piétiné le sang qui a été versé pour toi à la croix du Calvaire ? Jésus a-t-il été hypocrite ? A-t-il jamais trahi ? Pourquoi n’as-tu donc jamais voulu croire en lui ? Tes arguments et objections ne sont en fait que des excuses, des préjugés et des a priori ! Et toi n’as-tu jamais été hypocrite ? Qui va payer maintenant le prix de ton péché ? Et bien, puisque tu n’as pas voulu du pardon et de l’amour de Jésus, puisque tu t’es trouvé de mauvaises excuses pour ne pas croire et éviter de te joindre à une Eglise, tu vas rejoindre, là-bas, au fond de l’abîme, tous les vrais hypocrites. Ne te presse pas de les rejoindre, tu as toute l’éternité devant toi !”

Jésus dit : « Ils auront leur part avec les hypocrites : c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents. » (Matthieu 24.51).

Fermer le menu