EPE Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Sur les traces du prophète Elie

Sur les traces du prophète Elie

VOLET 1
1 Rois 17 : 1-7 et 5 : 16-20

UN HOMME ORDINAIRE

Le prophète Elie est un grand personnage de l’Ancien Testament. Certains diront : « Pourquoi remonter si loin dans l’Histoire ? Ce vieux texte a-t-il encore quelque chose à nous dire, à nous qui vivons au 21e siècle ? » Si les récits de la Bible sont anciens, ils sont par contre véridiques. Le chrétien préfère les vérités anciennes aux mensonges modernes. Jésus a dit « Ta Parole est la vérité. » (Jean 17.17).

L’histoire d’Israël est un livre de leçons. Paul dit : « Ces choses sont arrivées pour nous servir d’exemples, elles ont été écrites pour notre instruction à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles. » (1 Corinthiens 10.6 et 11). Au travers de ces textes, Dieu nous parle. Il ne nous donne pas seulement de la doctrine, de la théorie, mais aussi des exemples parce que nous avons besoin de ceux-ci pour comprendre. La Parole de Dieu est vivante. Elle ne vieillit pas. Bien que les textes aient été écrits il y a longtemps, ils restent jeunes et modernes. Jésus a dit : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas. » (Matthieu 24.35).

Faisons connaissance avec Elie. Jacques dit : « Elie était de la même nature que nous. » (v. 5.17). Elie n’avait rien d’exceptionnel, il n’était pas un VIP, un homme hors du commun, un superman de la foi et de la prière. C’était un homme ordinaire. Dieu emploie des gens ordinaires pour faire des choses extraordinaires. Quand je passe ma vie et mon ministère en revue, je me dis que je fais partie des gens ordinaires. Quand je regarde en arrière, je bénis Dieu en toute humilité pour ce qu’Il a fait d’extraordinaire avec un homme ordinaire. Dans les églises, il y a des gens ordinaires, mais qui ont accompli des tâches extraordinaires. Ils ont donné et donnent encore bénévolement de leur temps, leurs congés, leurs forces pour exercer un ministère et travailler dans l’église. Il y en a d’autres que Dieu prépare. Personne ne miserait sur eux, mais Dieu, Lui, mise sur eux. Cette jeune fille chrétienne et ce jeune chrétien ordinaires qui se gardent purs jusqu’au mariage : c’est extraordinaire ! Ce chrétien ou cette chrétienne ordinaires qui ont vécu le drame du divorce et demeure dans la foi : c’est extraordinaire ! Cette jeune femme ordinaire, institutrice ou infirmière qui part en mission pour prendre soin d’orphelins, de handicapés, de lépreux : c’est extraordinaire ! Et ces parents chrétiens, des gens ordinaires, qui ont perdu un enfant et continuent d’aimer Dieu, de prier, de lire la Bible, de témoigner de leur foi : c’est extraordinaire ! On pourrait multiplier les exemples. Mais, pour que des gens ordinaires accomplissent des choses extraordinaires, il y a une condition : il faut être entièrement consacré à Jésus-Christ.

A un colloque de pasteurs et d’anciens, les frères de Philippeville rendaient hommage au pasteur Germain Hermann†. Un couple ordinaire qui a accompli à Philippeville un travail extraordinaire ! Ils ont construit de leurs mains un temple magnifique, à la sueur de leur front, avec des prières et l’aide d’une équipe de 40 personnes. Les chrétiens ont fait de l’évangélisation dans tous les villages des alentours de Philippeville, alors que 15 ans auparavant, il n’y avait rien dans la région ! Dieu a utilisé des gens ordinaires pour faire des choses extraordinaires, parce qu’ils étaient totalement consacrés !

Elie était un homme de la même nature que nous, un homme ordinaire, à qui Dieu a fait faire des choses extraordinaires. Il en a été de même avec Abraham, Déborah, David, Salomon, Esaïe, Jérémie, Ezéchiel, Pierre, Paul, Augustin, Luther, Calvin, Moody, William Booth, Henri Dunant, Martin Luther King, Billy Graham, etc.

Revenons à Elie, il était prophète ! Qu’est-ce qu’un prophète ? Quelqu’un qui est envoyé par Dieu, qui est la bouche de Dieu. Hébreux 1.1 déclare que Dieu a « parlé par les prophètes ». Ceux-ci sont vraiment au sens propre les porte-parole de Dieu. Beaucoup disent qu’un prophète annonce l’avenir. Le prophète parle aussi du présent et se tourne vers le passé, car il comprend l’Histoire à la lumière de l’Esprit de Dieu. Il parle le plus souvent pour ramener le peuple de Dieu sur le bon chemin. Ce fut entre autre la mission d’Elie. Quand le peuple désobéissait et, dans son épreuve criait au secours, Dieu envoyait un prophète qui dénonçait ce qui avait déclenché l’épreuve et, parfois, il annonçait l’avenir en évoquant le châtiment. Le prophète dit de la part de Dieu : « Vous n’avez pas écouté ma voix, vous avez oublié la loi ! » Quand la parole écrite ne suffit plus, Dieu envoie un prophète, c’est-à-dire une parole vivante.

Les prophètes suivent presque tous le même schéma : ils dénoncent le péché, annoncent le jugement et appellent à la repentance, promettent la délivrance, la restauration et le pardon.

Jésus a suivi ce même schéma, Lui qui était roi et prêtre, était aussi un prophète. Il est venu parler du péché et du jugement, appeler à la repentance, à la restauration de la paix avec Dieu. Il a promis le pardon des péchés et la vie éternelle.

Aujourd’hui, les pasteurs dans nos églises, les évangélistes, les missionnaires suivent, eux aussi, le même schéma : péché, jugement, repentance et pardon par la foi en Jésus-Christ.

Y a-t-il encore des prophètes aujourd’hui ? En nous appuyant sur la Bible, nous répondons oui ! Dans 1 Corinthiens 12.10 et 28, il est question des prophètes de la Nouvelle Alliance. 1 Corinthiens 14.3 déclare : « Celui qui prophétise parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console. » Dans le Nouveau Testament, l’aspect prédiction ne se retrouve plus. Dans la Nouvelle Alliance, le prophète n’a plus un ministère de prédiction, mais un ministère d’édification et d’encouragement. Tout ce que Dieu veut nous faire savoir est dans sa Parole. Il est dangereux pour les chrétiens ou les pasteurs d’aller au-delà de ce que la Bible enseigne. C’est dangereux et grave. Dans l’Ancien Testament, les faux prophètes étaient mis à mort ! Le prophète est aussi un homme qui souffre. Voilà un aspect moins bien connu du ministère prophétique ! Aujourd’hui, on cite les noms de Moïse, Samuel, David, Elie, Esaïe, Jérémie, Michée … comme références prophétiques. Il est clair que ces hommes sont des monuments de la prophétie. Quels combats, quelles souffrances, quelles peines, quelles menaces, quels risques ils ont supportés ! Des prophètes ont été rejetés, maltraités par leurs contemporains et rarement ils ont été écoutés.

Les futurs prophètes savaient qu’ils allaient souffrir. Samuel souffrit quand le peuple rejeta Dieu et demanda un roi (1 Samuel 8.7), Zacharie tué entre le temple et l’autel selon Matthieu 23.35. Jésus a dit : « Jérusalem, Jérusalem, qui tue les prophètes et qui lapide ceux qui te sont envoyés. » (v37).

Le prophète souffre quand Dieu et sa Parole sont rejetés et que le peuple est sanctionné. Il souffre d’être lui-même insulté, ridiculisé, menacé, persécuté, maltraité parce qu’il a dit la vérité et qu’on veut le faire taire (Jérémie 20 : 1-2) Paul lui-même dit à Timothée : « Souffre avec moi pour l’Evangile. » (2 Timothée 1.8).

Dans son ministère le pasteur souffre aussi. Le pasteur ne montre pas sa souffrance. Il la cache. Il ne se plaint pas. Mieux vaut souffrir avec Christ que jouir avec le monde. Pierre a dit : « Il vaut mieux souffrir si telle est la volonté de Dieu en faisant le bien qu’en faisant le mal. » (1 Pierre 3.17). Au milieu des luttes, des combats, des souffrances pour servir Dieu, il y a cependant une part de bénédiction.

Dieu cherche des hommes et des femmes prêts à se lever et à œuvrer pour Lui, tout en sachant que rien ne sera facile. Plaise à Dieu qu’Il trouve parmi nous de tels hommes et de telles femmes !

Fermer le menu