EPE Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Sénèque le Philosophe (vers 4 avant J.-C. ­- 65 après J.-C.)

Sénèque le Philosophe (vers 4 avant J.-C. ­- 65 après J.-C.)

Nous avons les défauts d’autrui dans l’oeil, et les nôtres dans le dos.
[extrait d’Ira ; II, XXVIII, env. 45.]

Sénèque le Philosophe (en latin Lucius Annæus Seneca), fils de Sénèque l’Ancien (ou "le Père" ou "le Rhéteur")
(Cordoue, vers 4 avant J.-C. —­ Rome, 65 après J.-C.)
Homme politique, auteur tragique et philosophe romain. Questeur, puis sénateur, ayant commencé à Rome une brillante carrière politique, favorisée par ses dons d’éloquence, il fut exilé en Corse (41-49) à la suite d’intrigues menées par Messaline. En 49, Agrippine le rappela et le chargea de l’éducation du jeune Néron, dont, plus tard, il s’efforça en vain de modifier le comportement de despote. Nommé consul (57) puis tombé en disgrâce (62), il s’éclipsa ; en 65, Néron l’impliqua dans la conspiration de Calpurnius Pison et lui ordonna de se suicider ; Sénèque s’ouvrit les veines.
Son œuvre philosophique illustre les principes moraux du stoïcisme. Elle comprend des traités de morale (De la tranquillité de l’âme, De la clémence, Des bienfaits), des dialogues philosophiques (Consolations à Helvia, Sur la brièveté de la vie, Sur la providence), un ouvrage scientifique (Questions naturelles), neuf tragédies (Médée, les Troyennes, Phèdre, Agamemnon) et des lettres (Lettres à Lucilius). Sa pensée ainsi que son style concis et vif eurent une grande influence.

STOÏCISME : Philosophie. Doctrine des philosophes antiques, selon laquelle le bonheur est dans la vertu, la fermeté d’âme. Zénon, Épictète, Marc Aurèle ont marqué l’histoire du stoïcisme.

Fermer le menu