EPEL Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Pentecôte – Un fruit de l’Esprit oublié

Pentecôte – Un fruit de l’Esprit oublié

Galates 5.13-15

Des milliers d’églises dans le monde entier ont célébré la Pentecôte, la venue du Saint-Esprit, pour l’Église de Jésus-Christ et pour agir dans le monde, afin de conduire les hommes à la croix de Golgotha. Chaque fois, à la Pentecôte, j’aime rappeler ma profession de foi sur le Saint-Esprit.

Je crois au Saint-Esprit, troisième personne de la Trinité
Je veux marcher selon l’Esprit et je m’efforce de m’affectionner aux choses de l’Esprit de Dieu
Je crains d’attrister le Saint-Esprit par mes paroles, mes pensées, par ma conduite.
Je veille à demeurer dans la plénitude du Saint-Esprit pour porter en abondance ses fruits (amour, joie, paix, douceur, patience, bonté, fidélité, maîtrise de soi).
Je crois que le Christ a été conçu par l’Esprit de Dieu miraculeusement dans le sein de Marie.
Je crois aux dons du Saint-Esprit et que rien de s*irituel ne peut se faire sans lui.
Je crois à la souveraineté de l’Esprit Saint et que c’est à nous de lui obéir et pas à nous de lui donner des ordres.
Je crois que le Saint-Esprit agit par le moyen de la Parole et que la Bible est l’épée du Saint-Esprit.
Je crois que le Saint-Esprit est l’auteur de ce chef-d’œuvre qu’est la Bible.
Je crois que le Saint-Esprit réalise en l’homme l’œuvre de la nouvelle naissance.
Je crois que chaque chrétien né de nouveau a reçu le Saint-Esprit et qu’il est impossible d’être converti et ne pas avoir l’Esprit de Dieu.
Je crois que toute l’œuvre du Saint Esprit est résumée par cette Parole du Christ : « IL ME GLORIFIERA. »

Tout ce qui contribue à la gloire de Jésus-Christ vient de l’Esprit Saint. Il ne se met pas en avant. Une église où l’on prêche le Christ, est une église animée par le Saint Esprit. Une église où l’on glorifie le Christ, où l’on annonce la croix du Christ, où l’on prêche la résurrection du Christ, où l’on enseigne le retour de Jésus-Christ, où des âmes se convertissent à Jésus-Christ, est une église animée par le Saint-Esprit. C’est lui qui produit ces choses, Jésus-Christ l’a dit : « Quand l’Esprit de vérité viendra, il Me glorifiera. » (Jean 16.13-14).

Revenons à notre texte de Galates 5.22, qui parle des fruits du Saint-Esprit. Retenons principalement celui qui nous parle de la maîtrise de soi (contrôle de soi, la tempérance, le self-contrôle.)

Ce fruit pourrait paraître moins “savoureux”, moins “juteux” que d’autres fruits (amour, paix, joie……) et pourtant, il n’en est rien.

Dans Proverbes 16.32, nous lisons : « Celui qui est maître de lui-même est plus grand que celui qui prend une ville d’assaut » Il est bien difficile de se contrôler soi-même, de se vaincre soi-même. C’est une des victoires les plus pénibles à remporter. Beaucoup de problèmes peuvent être évités quand nous arrivons à nous contrôler, à nous maîtriser. Le Saint Esprit en nous se manifeste dans cette capacité de rester maître de soi. C’est un problème que nous rencontrons autour de nous. De nombreuses personnes ne savent plus rester maîtres d’elles-mêmes. Nous voyons cela dans le tabagisme, dans la consommation d’alcool, la consommation des drogues qui souvent entraînent la mort, parce que l’on ne sait plus se contrôler.

Le mot d’ordre de notre génération aujourd’hui pour les jeunes et les moins jeunes est « Défonce-toi, éclate-toi. » et le mot d’ordre du Saint Esprit est « Contrôle-toi, reste maître de toi-même. ». Ne te laisse pas envahir par tes passions.

Nous n’avons pas à vivre comme des bêtes. Nous savons que l’animal est dirigé par ses instincts et il n’arrive pas à les maîtriser. Mais Dieu a fait les choses différemment pour l’homme. Nous avons aussi des instincts, des pulsions intérieures (instinct de conservation, de survie…) mais aussi une intelligence, une conscience et une volonté qui nous permettent de discerner le bien du mal. Mais souvent l’intelligence et la conscience ne sont pas suffisantes parce qu’elles ne nous donnent pas la force pour choisir le bien. Mais Dieu nous a donné par le Saint Esprit la force de triompher du mal.

La différence entre un chrétien et le monde c’est l’Esprit que Dieu nous a donné. Dieu nous a pourvu de cette force pour pouvoir contrôler nos instincts.

Le fruit du Saint Esprit, c’est la maîtrise de soi.

L’apôtre Pierre écrira : « Vous êtes gardés par la puissance de Dieu. » (1 Pierre 1.5), et Paul écrira aux Colossiens 1.11 : « Nous sommes fortifiés à tous égards par Sa puissance glorieuse. » Dieu, par la puissance du Saint Esprit donne au chrétien la force dont il a besoin pour ne plus être esclave de rien, ni de personne.

Dans le chapitre que nous avons lu, au verset 13, l’apôtre dit : « Vous avez été appelé à la liberté, pour rester maître de vous-même. » Dieu veut que nous restions maîtres de nous-mêmes dans beaucoup de domaines et notamment dans le langage.

Dieu ne s’intéresse pas seulement à nos prières ou à nos actions. Il s’intéresse aussi aux paroles qui sortent de notre bouche. Et l’Esprit Saint est attristé par certains mots. Si nous voulons rester sous le contrôle du Saint-Esprit, il y a des mots qui ne doivent jamais sortir de notre bouche. L’Esprit Saint veut le contrôle de notre langage, que ce soit dans notre famille, ou au travail, ou dans l’église, avec notre époux ou notre épouse ou nos enfants, ou nos frères et sœurs dans la foi. Il y a des mots cruels, blessants qui laissent des traces inguérissables.

La Bible nous parle aussi de la convoitise des yeux. L’Esprit veut avoir le contrôle aussi sur ce que nous regardons et nous savons tous ce que cela veut dire. Là aussi, nous avons besoin de toute la puissance du Saint-Esprit pour pouvoir garder des regards purs. Sommes-nous maîtres de notre regard face à la télévision et aux programmes d’Internet ? Sommes-nous prêts à nous laisser emporter par des programmes préparés par le monde pour nous séduire ? Ou alors restons-nous maîtres de nos regards ?

Le Saint-Esprit veut contrôler nos yeux tout comme nos paroles. Bien sûr, le Saint-Esprit ne nous mettra pas un bandeau sur les yeux ; il ne poussera pas le bouton de la télé commande à notre place. Il nous laisse maîtres des commandes de notre vie. Il ne nous oblige pas, mais il veut nous donner la force de nous maîtriser, de maîtriser notre langage, notre regard.

L’apôtre Paul écrivait : « La force de Christ agit puissamment en moi. » (Colossiens 1.29). Il disait aussi : « Je puis tout par Celui qui me fortifie. » (Philippiens 4.13). De même, L’Esprit Saint veut que nous gardions sous contrôle notre sexualité. Par exemple pour qu’un jeune chrétien ou une jeune chrétienne puissent rester purs jusqu’au jour du mariage, ou encore qu’un couple chrétien garde sa promesse de fidélité toute une vie. C’est aussi cela l’œuvre du Saint-Esprit. Le fruit du Saint-Esprit c’est la maîtrise de soi. Le chrétien peut ainsi dire « Non, je ne vis pas comme une bête. Ce n’est pas un instinct de bête qui nous conduit mais bien l’Esprit de Dieu. Paul dira (Galates 5.25) : « Si nous vivons par l’Esprit de Dieu, marchons selon l’Esprit de Dieu. », pour porter en abondance les fruits du Saint-Esprit.

Il veut que soient sous notre contrôle tous les aspects de notre vie. Aussi notre portefeuille et nos dépenses, pour nous éviter le surendettement. Il y a de nos jours beaucoup de familles qui sont dans l’endettement. C’est un problème gigantesque. Comment rester maîtres de nos dépenses ? Nous savons que ce n’est guère facile et il nous faut toute la puissance du Saint-Esprit pour pouvoir rester maître de notre budget. Tout est tellement attrayant dans ce monde : la publicité, les magasins remplis de belles choses. Et ici aussi, l’œuvre du Saint-Esprit, c’est la maîtrise de soi dans nos dépenses. On pourrait multiplier les domaines d’application de la Parole de Dieu. Aussi dans le contrôle de notre alimentation, de notre humeur, de notre tempérament.

Restons maîtres de nous-mêmes par la puissance du Saint Esprit et pour la gloire de Dieu.

Prédication apportée le 31/5/98 par Philippe HUBINON et résumée par Odette GALANTE et Marie-Rose GERARD – Parue dans le bulletin ’Résurrection’ de juin 2008.

Fermer le menu