EPEL Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Maladies et guérison de l’âme (1)

Maladies et guérison de l’âme (1)

VOLET 2
Psaumes 41:5 – Jérémie 17:14

Comme notre corps peut être malade, de même notre âme peut connaître diverses maladies. Dans le premier volet, nous avons déjà considéré deux d’entre elles et les remèdes que Dieu nous donne. Il ne suffit pas d’avoir un bon diagnostic, encore faut-il définir un traitement correct. Ainsi la Bible n’est pas seulement un dictionnaire des maladies spirituelles mais elle donne les remèdes adéquats pour la guérison, ainsi que les symptômes relatifs à ces affections. La Bible est donc avant tout le livre des remèdes et de la guérison de notre âme.

Nous n’abordons pas ce sujet avec tristesse ou désespoir, mais certainement avec confiance et assurance parce que le Seigneur nous donnera les remèdes adéquats et efficaces. Nous ne voulons culpabiliser personne mais nous soigner et guérir notre âme, par la grâce de Dieu.

Nous avons déjà parlé des deux premières maladies : le sida de l’incrédulité, et le cancer du doute.
Le sida de l’incrédulité

C’est la maladie des incroyants. Elle conduit à la mort. Jésus a dit : « Si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés. » (Jean 8:24). Certains s’imaginent que le bon remède pourrait s’administrer à coups de miracles. Ils pensent que ces événements extraordinaires engendrent automatiquement la foi. Ce n’est pas le remède.

Dans la ville de Capernaüm Jésus a fait beaucoup de miracles et pourtant les gens ne croyaient pas en lui (Marc 6:6). La Bible dit : « S’ils n’écoutent pas Moise et les prophètes [à savoir les Ecritures], ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu’un des morts ressusciterait. » (Luc 16:31). Seule la Parole de Dieu peut apporter la guérison à ceux qui sont atteints du “sida de l’incrédulité”, et qui refusent de mettre leur foi en Jésus-Christ. C’est par la prédication que le cœur peut guérir de cette maladie et que vient la foi. En écrivant aux chrétiens de Rome l’apôtre Paul dira : « La foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ (ou de la prédication du Christ). » (Romains 10:17). Dans son épître aux Corinthiens Paul écrira : « Il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. » (1 Corinthiens 1:21). La prédication de la Parole de Dieu est le remède à l’incrédulité. Ainsi donc nous ne devons pas seulement prier pour que la Parole se répande mais aussi pour que Dieu suscite des prédicateurs de l’Evangile.
Le cancer du doute

Cette maladie avait atteint les disciples. Quand Pierre marche sur les eaux à la rencontre de Jésus et commence à s’enfoncer, le Seigneur lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » (Matthieu 14:31). D’autre part, après la résurrection du Seigneur, Matthieu nous rapporte que « Quand les onze disciples virent Jésus ressuscité, ils l’adorèrent. Mais quelques-uns eurent des doutes. » (Matthieu 28:17). Le remède consiste à fixer les yeux sur Jésus-Christ. Sur les flots, dans la tempête, Pierre a détourné les regards du Seigneur. Il a porté son attention sur le vent fort, l’eau agitée et le bruit impressionnant, et l’apôtre s’est enfoncé. Pour éviter que le doute n’engendre chez nous la peur, la tristesse, fixons les regards sur Jésus-Christ et sa Parole.

Il existe d’autres maladies de l’âme.
Les eczémas

Ils provoquent des picotements de la peau, des démangeaisons. L’apôtre Paul écrivait à Timothée : « Il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. » (2 Timothée 4:3). Ce verset décrit, en quelque sorte, l’origine des religions : refusant d’entendre les vérités de la Parole de Dieu, les hommes se sont donné une foule de docteurs, de “sages”. Ils ont détourné l’oreille de la vérité pour se tourner vers des fables. Aujourd’hui une des fables ayant le plus de succès dans le monde est celle de la réincarnation. Cette théorie erronée affirme qu’après la mort nous revenons sous une autre forme : un petit papillon, une abeille, une plus grosse bête, un oiseau, un dauphin… Beaucoup aiment se tourner vers ces fables. Dans leurs démangeaisons, ils aiment ainsi se laisser gratter, cela leur fait du bien. Détournant l’oreille de la vérité, des millions de gens aujourd’hui croient à cette fable. Il y a de nos jours dans le monde beaucoup plus de personnes tenant pour vraie la réincarnation que de personnes croyant à la résurrection.

Nous pouvons rencontrer différents eczémas appelés nouvel âge, évolutionnisme, marxisme, freudisme, existentialisme, positivisme, scientisme, etc. Les hommes se sont ainsi donné une foule de docteurs selon leurs désirs, pour flatter le cœur de l’individu, pour se mentir à soi-même et se raconter des fables, des choses agréables. Prenons garde parce que les chrétiens ne sont pas protégés contre tous les eczémas. Ne nous laissons pas contaminer. Certaines de ces maladies sont très contagieuses.

Le remède consiste à ne pas détourner l’oreille de la vérité. La Parole de Dieu est la vérité (Jean 17:17). Elle nous protégera contre toutes ces démangeaisons.

La gangrène de la convoitise

C’est la maladie de “l’âme-qui-n’est-jamais-contente”, jamais satisfaite, et qui ne cesse de convoiter et de désirer toujours plus. Conduit par le Saint-Esprit, l’apôtre Paul écrivait à Timothée : « La piété avec le contentement est une grande source de gain. » (1 Timothée 6:6). L’auteur de l’épître aux Hébreux nous dit : « Contentez-vous de ce que vous avez. » (Hébreux 13:5). Voilà le remède à cette gangrène : trouver le contentement dans ce que j’ai, dans ce que Dieu m’a donné, et ne pas chercher mon contentement dans ce que je n’ai pas encore, ou que je n’aurai jamais. En effet, il y aura toujours des choses que je ne possède pas encore, maintenant. Et si j’attends de trouver mon contentement, ma satisfaction dans ce que je veux avoir, je resterai à jamais mécontent et insatisfait !

La Belgique est un des pays les plus riches au monde et cependant nous sommes ravagés par la gangrène de la convoitise. Le symptôme est clair : l’insatisfaction s’installe dans notre cœur. Cette maladie ne s’arrête pas aux portes de l’Eglise. Elle peut ronger l’âme des enfants de Dieu.

Sommes-nous contents d’avoir à manger trois fois par jour ?
Sommes-nous conscients de ce privilège d’avoir au petit déjeuner du pain, du beurre, de la confiture, du café, du sucre, du lait ?
Sommes-nous contents d’avoir chaud à la maison, un lit, des draps, un oreiller et des couvertures à volonté ?
Sommes-nous contents d’avoir une maison, un toit, à l’abri de la pluie et du froid ?
Sommes-nous contents d’avoir le frigo rempli, des souliers adaptés à chaque saison, du savon, de l’eau chaude, une baignoire ou une douche ?
Sommes-nous conscients de pouvoir prendre des calmants quand nous avons des maux de tête, de dents ?
Sommes-nous contents de pouvoir nous soigner ?
Sommes-nous contents d’avoir congé le week-end, de pouvoir écouter la radio, de la bonne musique, de pouvoir disposer d’un jardin avec quelques fruits et légumes ?
Sommes-nous contents de ce que Dieu nous donne ou sommes-nous encore rongés par la gangrène de l’insatisfaction pour finir par mépriser tout ce que nous avons reçu de Dieu, ne trouvant jamais le contentement intérieur ?

La piété avec le contentement est une grande source de gain. Voilà la vraie richesse. Elle réside non pas dans ce que j’aurai demain, mais dans ce que Dieu me donne aujourd’hui.

La maladie du sommeil

En Afrique tropicale et équatoriale cette maladie contagieuse est provoquée par la piqûre de la mouche tsé-tsé. Malheureusement l’insecte piqueur spirituel est présent partout dans le monde. Cette mouche vole dans toutes les églises. Elle était aussi présente dans le jardin de Gethsémané lors du grand combat, pendant cette dernière étape de l’œuvre de Jésus-Christ avant sa mort sur la croix. Jésus a dit à ses disciples : « Restez ici, veillez et priez avec moi. » (Matthieu 26:38). Après avoir prié à l’écart, le Seigneur revient vers les disciples et par trois fois il les trouve endormis (Matthieu 26:40, 43, 45). C’est l’un des plus grands moments de l’histoire de l’humanité et les disciples dorment ! Ils sont avec le Fils de Dieu et ils sont plongés dans un profond sommeil en ces moments si intenses ! L’évangéliste nous rapporte la question posée par le Seigneur aux disciples : « Pourquoi dormez-vous. » (Luc 22:46) Cette même maladie avait contaminé le prophète Jonas. En pleine désobéissance au fond du navire menacé par une forte tempête, en route vers Tarsis au lieu d’aller à Ninive, Jonas descend dans la cale et « s’endort profondément ». Alors le pilote s’approche de lui et demande : « Pourquoi dors-tu ? Lève-toi ! » (Jonas 1:6).

Cette même question nous est posée aujourd’hui, à chacun de nous. Si tu ne discernes rien dans l’église … tu dors ! Si tu te targues de ne rien faire de mal dans l’église (“Je ne bois pas, je ne fume pas, je suis fidèle, je … ”), attention, tu ne fais peut-être rien de bien non plus, pour faire avancer l’œuvre de Dieu. C’est cela le sommeil : on ne fait rien, on ne dit rien et on n’entend rien. On dort ! Le vent du réveil souffle peut-être dans notre église et dans notre région. Allons-nous dormir alors que la trompette sonne pour le bon combat et que le Seigneur rassemble ses troupes ? La Bible dit : « Celui qui dort pendant la moisson est un fils qui fait honte. » (Proverbes 10:5). Ne serions-nous pas dans notre église entrés dans une période de la moisson ?

L’Ecriture nous dit : « Réveille-toi, toi qui dors, et Christ t’éclairera. » (Ephésiens 5:14). D’autre part, il est écrit : « Ne dormons donc point, mais veillons. » (1 Thessaloniciens 5:7).

Comment savoir si tu es aussi contaminé par cette maladie du sommeil ? Trois tests simples :

Fais-tu concrètement quelque chose pour l’œuvre de Dieu ? Oui ou non ?
Vois-tu ce qui se passe dans l’église, dans ta vie, autour de toi ? Celui qui dort ne voit rien. Entends-tu ce qui se passe, les témoignages autour de toi, la voix du Seigneur ? Celui qui dort n’entend rien.
Es-tu fâché quand on parle du réveil ? Si oui, … tu dors !

Le matin on est mécontent d’être dérangé par le réveil. Pourtant il a raison, il faut se lever ! Sur le plan spirituel, supplions Dieu de nous tenir toujours éveillés et de ne jamais nous permettre de sombrer dans le sommeil. Si vous dormez quand le Seigneur travaille et que d’autres s’agitent dans la moisson, vous faites honte !

« Examinez-vous vous-mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi. Eprouvez-vous vous-mêmes. »
(2 Corinthiens 13:5).

Prédication (en quatre volets) apportée par Philippe Hubinon et résumée par Jean-Pierre Baudouin – Bulletin “Résurrection” de juin 1993 à septembre 1993.

Fermer le menu