EPE Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Maladies et guérison de l’âme (1)

Maladies et guérison de l’âme (1)

Prédication en quatre volets
ALLER A LA PARTIE 2

VOLET 1
3 Jean v.2 – Psaumes 41.5

La prière pour la guérison

Dans nos rencontres de prières, nous intercédons souvent pour les malades qui souffrent dans leur corps. Nous voulons le faire avec ferveur et foi parce que nous croyons à la puissance de Dieu qui guérit et à l’efficacité de la prière.

La Bible affirme : « La prière fervente du juste a une grande efficace. » (Jacques 5:16). Dans la livre de l’Exode, Dieu dira à Moïse : « Je suis l’Eternel qui te guérit. » (Exode 15:26) L’Eternel dira à Ezéchias qui avait prié le Seigneur de lui prolonger ses jours : « J’ai entendu ta prière, je te guérirai. » (2 Rois 20:5) Le prophète Osée dira : « L’Eternel a déchiré, mais il nous guérira. ». (Osée 6:1) L’auteur de l’épître aux Hébreux dira : « Par la foi, ils guérirent de leurs maladies. » (Hébreux 11:34) Nous croyons à la puissance de Dieu. Il peut guérir les malades.
Fausses doctrines

En ouvrant cette série de messages, j’aimerais dénoncer six mensonges, six fausses doctrines que nous récusons. Ces hérésies sont démenties par une étude honnête des textes bibliques, et confirmées comme erreurs par l’expérience, par l’évidence. L’expérience ne fait jamais la doctrine, mais elle doit confirmer la doctrine.

Un chrétien, fidèle à Dieu, ne sera jamais malade mais toujours en bonne santé. C’est faux !
Un chrétien malade est toujours un chrétien qui a péché. C’est faux !
La maladie est toujours une punition de Dieu. C’est faux !
Dieu veut toujours guérir ses enfants malades, et il répond toujours à nos prières quand nous lui demandons de nous guérir. C’est une fausse doctrine !
Un chrétien que Dieu ne guérit pas est un chrétien qui manque de foi. C’est un mensonge !
Un nouveau converti recevra le pardon de ses péchés et sera guéri de ses maladies. C’est une hérésie qui ne trouve aucun fondement dans l’Ecriture.

L’exemple de Paul suffit à démolir ces six hérésies. L’apôtre Paul était un chrétien fidèle. Personne ne peut l’accuser d’avoir manqué de foi. Paul a pourtant été malade toute sa vie ! Il a prié pour sa guérison et n’a pourtant pas été guéri ! Il était fidèle. Sa maladie n’était pas une punition et il n’est jamais dit que sa maladie fut la conséquence d’un péché !

Toute personne qui prêche ces six hérésies n’est pas fidèle à l’enseignement de la Parole. Et tous ceux qui ont entendu prêcher ces mensonges et qui y ont cru, ont ajouté à leurs souffrances physiques des douleurs morales et spirituelles inutiles.

Bien d’autres exemples peuvent être tirés de l’Histoire de l’Eglise pour confirmer cette vérité biblique.

Hélène KELLER, dès son plus jeune âge devient sourde, aveugle et muette. Elle n’en était pas moins une chrétienne radieuse, un exemple de foi, d’amour et de joie. Tous ceux qui l’ont rencontrée ont été éblouis par sa vie. Bien cruel et téméraire celui qui aurait osé prétendre qu’elle manquait de foi, ou qu’elle avait péché, ou encore que ses handicaps étaient pour elle une punition de Dieu.

Le vieux pasteur NICOLE était devenu aveugle à la fin de sa vie. Il apportait des prédications pleines de feu et d’amour. Il portait sur lui la bénédiction de Dieu. Qui aurait osé accuser ce frère de manquer de foi, d’avoir péché ou de porter la punition de Dieu.

Georg Friedrich HAENDEL, le grand compositeur, avait, à la fin de sa vie, le côté droit paralysé. Dans ces circonstances pénibles, il a écrit le chef-d’œuvre de sa vie : le Messie. Bien cruel et téméraire celui qui oserait soupçonner ce musicien d’avoir manqué de foi pour être guéri ou d’avoir péché et d’être puni par Dieu.

Mille fois NON ! Ces mensonges dénoncés, tournons-nous maintenant vers l’aspect spirituel de notre être et examinons quelques maladies de l’âme. Comme notre corps peut tomber malade, de même notre âme peut connaître bien des maladies. Nous allons essayer de faire un exa¬men clinique de notre âme, un bilan spirituel. Ne craignons pas de la passer au scanner divin par le moyen de la Bible. Laissons le scalpel divin pénétrer au fond de notre âme. L’auteur de l’épître aux Hébreux affirme que : « La Parole de Dieu est plus tranchante qu’une épée à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager âme et esprit, jointures et moelles. » (Hébreux 4:12)

Le scanner de Dieu ne laisse rien passer. La Bible dit : « Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est nu et découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. » (Hébreux 4:13) Les paroles et les mots de l’Ecriture Sainte sont en quelque sorte les yeux de Dieu, le laser divin qui descend jusqu’au fond de notre âme, là où personne n’est jamais descendu et n’a jamais pu voir. Les yeux de Dieu constituent le scanner le plus puissant du monde. Il ne se trompe pas. Les faux diagnostics n’existent pas. Mais il y a toutefois une condition : le patient doit accepter l’examen. Le Psalmiste disait : « Sonde-moi ô Dieu, et connais mon cœur ! Eprouve-moi, et connais mes pensées ! » (Psaumes 139:23)

Sommes-nous prêts à demander à Dieu de nous dire toute la vérité, sans rien nous cacher, afin que nous sachions où nous en sommes spirituellement ?

Les médecins qui soignent le corps sont souvent confrontés à cette question : “Dois-je dire la vérité à mon malade ?” Spirituellement il est essentiel que chacun soit au clair et capable de dire au Seigneur : “Montre-mol tout.” David disait : « Tu veux que la vérité soit au fond du cœur : fais donc pénétrer la sagesse au dedans de moi ! » (Psaumes 51:8) Il disait encore : « Je dis : Eternel, aie pitié de moi ! Guéris mon âme ! » (Psaumes 41:5)

Le sida de l’incrédulité

Parmi les maladies de l’âme, il y a d’abord le sida de l’incrédulité. C’est la maladie la plus grave. Thomas en était atteint avant sa conversion, avant sa guérison. Il refusait de croire à la résurrection corporelle de Jésus-Christ. Malgré les Ecritures qui l’annonçaient, malgré les affirmations de Jésus qui avait prophétisé sa résurrection, malgré le témoignage des femmes qui étaient venues dire : « Nous l’avons vu, il n’est plus dans le tombeau. » (Jean 20:18), malgré le témoignage des autres apôtres, Thomas reste dans l’incrédulité. Il dit : « Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque de ses clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point. » (Jean 20:25)

Cette maladie de l’incrédulité a étonné Jésus. Dans la ville de Capernaüm, là où il a beaucoup travaillé, guéri bien des malades et souvent prêché (Marc 6:6), Jésus « s’étonnait de leur incrédulité. » Autour de nous, cette terrible maladie est largement répandue.

Mais nous rencontrons aussi l’incrédulité dans nos Eglises. Thomas faisait partie de la première petite Eglise qui suivait Jésus. Au sein de ce groupe d’une douzaine de personnes, avec Jésus comme pasteur, Thomas développait la maladie. Dans toutes les Eglises il existe des Thomas : des hommes et des femmes, des jeunes atteints par cette maladie de l’incrédulité qui conduit à la mort spirituelle, éternelle. Jésus a dit : « Si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés. » (Jean 8:24) Jésus dit encore : « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui trouvent. » (Matthieu 7:13) Tous ceux qui sont atteints du sida de l’incrédulité sont sur ce chemin large qui conduit à la perdition et mène à l’enfer. N’ayons crainte de ce mot. Winston CHURCHILL disait : « La cause du déclin moral en Angleterre tient au fait qu’on ne prêche plus sur l’enfer. »

Sommes-nous prêts à subir le test du dépistage de cette terrible maladie qui affecte notre âme ? Voici quelques questions relatives à cet examen.

As-tu jamais pris conscience que tu es pécheur ? OUI ou NON ?
As-tu reconnu ton péché et plaidé coupable ? OUI ou NON ?
As-tu un jour été écrasé par un sentiment de culpabilité ? OUI ou NON ?
As-tu un jour regretté le mal que tu as commis ? OUI ou NON ?
As-tu un jour demandé pardon à Dieu pour ton péché ? OUI ou NON ?
As-tu jamais demandé à Jésus-Christ d’entrer dans ta vie ? OUI ou NON ?
Ta vie a-t-elle été changée par Jésus-Christ ? OUI ou NON ?
As-tu jamais entendu la voix intérieure du Saint-Esprit te dire : « Tu es enfant de Dieu, ton péché est ôté, tu n’as plus rien à craindre de ton Père céleste. » ? OUI ou NON ?

Si chaque fois tu as répondu “NON” à ces questions bien précises, tu es atteint de cette maladie qui te conduira un jour à la perdition éternelle. Dans ce cas tu es contaminé, “séropositif spirituel”. Tu vas développer la maladie si tu ne viens pas à Jésus-Christ. Aujourd’hui [1993] pour les gens atteints du sida, il n’existe pas de vaccin, pas de remède ni de traitement. La guérison est impossible.

Le remède Mais heureusement pour la maladie spirituelle, le sida de l’incrédulité, il y a un remède : la croix de Jésus-Christ. Le remède est le sang de Jésus-Christ qui a coulé à la croix du Calvaire. Regarde la croix de Jésus-Christ. A Thomas, Jésus n’a pas fait de grande démonstration. Il a dit : « Regarde mes mains, mon côté. » (Jean 20:27) Regarde la croix et sois sauvé. Dans Esaïe 45:22, Dieu nous a dit : « Tournez-vous vers moi, et vous serez sauvés. » C’est le seul remède.

Si vous n’avez jamais pris de décision et répondu positivement à chacune des questions de ce test, alors venez sans tarder, dans la simplicité de votre cœur. Un regard vers la croix de Jésus-Christ !

Le cancer du doute

Il reste encore bien des maladies, autres que le sida de l’incrédulité. Il y a aussi le cancer du doute.

Ce mal est différent du premier. Cette affection concerne ceux qui sont enfants de Dieu, chrétiens, nés de nouveau, ceux qui ont déjà fait le pas de la foi, qui sont guéris du “sida de l’incrédulité”, ceux qui ont regardé vers la croix et qui sont sauvés.

La maladie précédente conduit à la mort éternelle, à l’enfer, à la séparation définitive avec Dieu. Mais le doute est une maladie en quelque sorte passagère, qui peut parfois récidiver. Elle ne provoque pas la contamination éternelle. Elle produit la tristesse, l’inquiétude, la peur, l’angoisse. Tels sont les symptômes de cette maladie.

Adam et Eve ont développé cette maladie dans le jardin d’Eden. Ils ont douté de la Parole de Dieu et ainsi commencé leur révolte, quand l’adversaire est venu leur dire : « Dieu a-t-il réellement dit ? » (Genèse 3:1) De suite après leur désobéissance, ils ont eu peur (Genèse 3:10). Le doute produit la peur, les craintes et la tristesse. Tels sont les premiers symptômes de cette “crise de foi”, où l’on perd confiance en détournant les regards de Jésus-Christ.

L’apôtre Pierre pourrait très bien nous expliquer cette maladie (Matthieu 14:31). Les disciples sont alors dans la barque. Jésus a prêché et a renvoyé la foule. C’est le soir. Il monte sur la montagne pour prier seul à l’écart. La nuit vient, le vent souffle et les vagues se soulèvent. Vers trois heures du matin, Jésus rejoint ses disciples en marchant sur les eaux. Quand les disciples le voient, ils croient que c’est un fantôme, puis reconnaissent Jésus. Pierre dit alors : « Seigneur, si c’est toi, ordonne que j’aille vers toi sur les eaux. » Et Jésus dit : « Viens ! » Pierre sort de la barque, marche sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais voyant que le vent est fort, il a peur, et, comme il commence à enfoncer, il s’écrie : « Seigneur, sauve-moi ! » Aussitôt Jésus étend la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » C’est la maladie de Pierre. Le doute a produit en lui la peur, l’angoisse. Pierre a détourné les regards de Jésus-Christ. Au lieu de regarder Jésus-Christ, Pierre a regardé les vagues, la mer agitée, et il a écouté le bruit du vent. Il a eu peur !

Dans le jardin d’Eden, ce sont les mêmes symptômes. Quand la femme a détourné les yeux de la Parole de Dieu, elle a regardé (Genèse 3:6) l’arbre défendu et « vu que son fruit était bon à manger et agréable à la vue. » La tumeur cancéreuse du doute va ainsi se fixer dans leur vie. La confiance en la Parole de Dieu va disparaître, le doute s’installe, la désobéissance viendra et ensuite la rébellion.

Pourquoi as-tu douté ? Parce que tu as détourné les yeux de Jésus-Christ pour lorgner vers le monde. Fais l’examen de ton âme. Pourquoi t’arrive-t-il de douter ? Parce que tu as détourné les regards de Jésus-Christ et de sa Parole pour porter ton attention sur le monde et le mal. Tu as ainsi écouté une autre voix. Le mal engendre la peur, la crainte et la tristesse.

Si nous passons notre vie au “scanner” divin, nous devons avouer que souvent, nous avons douté. Laissons la maladie, et regardons les symptômes. N’y a-t-il pas beaucoup de tristesse dans nos vies de chrétiens, dans nos foyers, de la crainte dans nos cœurs ? Pourquoi la présence de ces symptômes ? Parce que nous doutons de la Parole de Dieu et que nous détournons les regards de Jésus-Christ. Pourquoi tant de chrétiens tristes et craintifs ? Parce que dans beaucoup de cœurs le cancer du doute produit très vite les métastases qui infectent toute notre âme.

Le remède Le remède existe, simple, efficace, concret, accessible : « Ayons les regards fixés sur Jésus-Christ. » (Hébreux 12:2). Portons notre attention, notre pensée sur Jésus-Christ et que nos oreilles soient attentives à sa Parole pour extirper cette “crise de foi spirituelle”. La Bible dit : « La foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la prédication du Christ. » (Romains 10:17)

Es-tu prêt à examiner ton âme devant le divin médecin ? Veux-tu te prêter à l’examen divin, au moyen de sa Parole agissant comme un miroir qui va refléter précisément ce que tu es à l’intérieur de toi-même ? N’es-tu pas atteint du sida de l’incrédulité ? N’es-tu pas rongé par le doute, ce cancer qui engendre dans ta vie la peur et la tristesse ?

Viens à Jésus-Christ et garde les regards fixés sur lui. Sois sain dans ta foi, saint devant Dieu.

Fermer le menu