EPEL Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Les mauvaises habitudes

Les mauvaises habitudes

Ne pas attendre…

Un jeune homme disait un jour d’un ton léger : “Oh ! j’ai de mauvaises habitudes, mais je saurais m’en débarrasser … plus tard !”

Il parlait ainsi devant un chrétien qui lui répondit, en lui désignant une plante à peine sortie de terre :

— Voudriez-vous déraciner cette plante ?
— Oh, c’est bien facile, dit le jeune homme qui arracha d’une seule main, et sans grands efforts, la faible plante.
— Maintenant, reprit le chrétien en montrant un buisson, voudriez-vous déraciner ce buisson ?

Cette fois, le jeune homme dut employer les deux mains, et ne vint à bout de la résistance du buisson qu’avec beaucoup de peines.

— Maintenant, dit encore le chrétien, voudriez-vous déraciner cet arbre ?
— Mais, s’écria le jeune homme, c’est impossible ! Il faudrait toute une équipe de bûcherons.
— Alors comprenez, jeune homme, qu’il faut déraciner les mauvaises habitudes avant qu’elles n’aient poussé des racines tellement profondes, qu’il nous devienne impossible de les arracher de notre coeur. Vous avez dit tout à l’heure : “Quand je voudrais.” Pour vouloir, n’attendez pas le moment de ne plus pouvoir.

Les paroles de ce chrétien étaient sages. Beaucoup de gens deviennent les esclaves de vices et de passions, dont ils avaient pensé à tort qu’ils pourraient se débarrasser par un petit effort de volonté.

Le Seigneur dit : « Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. » (Matthieu 5.29).

Auteur et source inconnus

Mauvaises herbes

Pour abîmer un jardin, il n’est nul besoin d’en arracher les fleurs, d’en bouleverser les plates-bandes et les allées. Un moyen bien plus sûr encore, c’est de l’abandonner à lui-même. N’arrachez pas la mauvaise herbe qui se montre tantôt ici, tantôt là. Laissez grandir les branches des haies et des arbustes. L’air et le soleil ne pénétrant plus qu’à peine jusqu’au sol, les herbes folles foisonneront et le jardin ne sera bientôt plus qu’un inextricable fouillis.

Il est bien des gens qui n’ont pas la pensée de faire du mal à leur âme. Seulement, ils ne s’en préoccupent pas. Ils ne font pas la guerre aux mauvaises pensées. Ils négligent la lecture de la Bible. Ils ne prient pas. Leur âme est bientôt comme le jardin décrit plus haut, où tout est en désordre et où rien de bon ne peut croître et fructifier.

Publication au bulletin “Résurrection” :

“Mauvaises herbes” : mars 1995
“Ne pas attendre…” : avril 1995.

Fermer le menu