EPEL Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Les lois de Dieu (1/2)

Les lois de Dieu (1/2)

ALLER A LA PARTIE 2

Prédication en quatre volets :
Lois de la nature et loi morale
Les lois du mariage
Les lois du bonheur
Les lois de la foi

VOLET 1
Exode 20 : 1 à 17 – Romains 7 : 14 à 25 ; 8 : 1 à 14
LOIS DE LA NATURE ET LOI MORALE

Nous entamons une série en quatre volets, consacrée aux lois de Dieu. Ces lois sont relatives à différents domaines de notre expérience humaine. Les lois jouent un rôle essentiel dans notre vie de tous les jours. Nous en sommes inconscients, mais elles sont inscrites dans l’univers.

En effet, notre univers est régi par un ensemble de lois naturelles qui relèvent des sciences : physique, chimie, mathématique, astronomie, biologie, mécanique quantique, thermodynamique, etc. Le rôle de la science est d’étudier ces lois et les mécanismes qui les relient. On peut ainsi comprendre comment notre univers fonctionne. Nous sommes les uns et les autres au bénéfice de ces lois puisqu’elles permettent la vie.

Prenons l’exemple de la loi de l’attraction terrestre. Elle est manifeste, et cependant inexplicable. Si nous lâchons un objet, il tombe, attiré vers le sol. Nous pouvons marcher, faire du vélo, rouler en voiture grâce notamment à cette loi de l’attraction terrestre appelée loi de la pesanteur. Elle permet de comprendre pourquoi les populations peuvent vivre réparties sur toute la surface du globe terrestre. Chacun s’étonne que, à l’antipode de la région qu’il habite, des gens mènent leur existence la tête en bas, et inversement. L’attraction terrestre permet donc à chacun de rester les pieds sur terre sans avoir le sang à la tête. La loi de la pesanteur attire les gens et les objets vers le centre de la terre. C’est une loi universelle qui s’applique inexorablement à toute masse.

D’autres exemples : En mathématique, une loi simple dit : un plus un égale deux. A partir de telles données élémentaires, peuvent s’élaborer les théories les plus complexes qui constituent les lois de la mathématique. En chimie on trouve également des lois qui régissent de façon précise l’agencement des molécules. En physique, de nombreuses lois immuables expliquent les phénomènes rencontrés dans les domaines de la mécanique, de l’optique, de l’électricité, ou de la matière. En astronomie, des lois précises régissent le déplacement des galaxies et des astres. Nous avons du mal à imaginer que notre Terre tourne sur elle-même et se déplace autour du soleil à des vitesses incroyablement élevées. Quand l’Eternel répond à Job, il dit : « Fais-tu paraître en leur temps les constellations, et conduis-tu la Grande Ourse avec ses petits ? Connais-tu les lois du ciel ? » (Job 38.32). Aujourd’hui, mieux qu’au temps de Job, la science connaît les lois qui régissent les mouvements de toutes ces merveilles que nos yeux découvrent le soir quand le ciel est dégagé. Notre corps est aussi au bénéfice d’un ensemble de lois qui permettent la vie. Citons les lois de la circulation sanguine, du système digestif, etc. Notre organisme fonctionne grâce à cet ensemble de lois.

MAIS UNE QUESTION SE POSE : D’OÙ VIENNENT CES LOIS ?

Depuis que l’homme existe et réfléchit, deux réponses sont proposées. Ces lois sont soit l’œuvre d’un Créateur qui les a mises en place avec sagesse ; soit elles sont apparues spontanément d’elles- mêmes par accident !

Cette seconde affirmation est souvent retenue dans les commentaires de la presse, dans les syllabus des universités qui affirment, pour le dire en raccourcis, “le monde s’est fait tout seul !” A en croire cette théorie, la Terre se serait dite : “Voilà, je dois tourner sur moi-même en 24 heures d’une part, et d’autre part je dois me déplacer autour du soleil en 365 jours.” Aujourd’hui on enseigne partout que ces lois se sont mises en place d’elles-mêmes. Selon ce principe, l’eau aurait donc été maître de son propre dosage d’hydrogène et d’oxygène ; elle aurait de plus décidé de bouillir à 100°C et de geler à 0°C sous une pression déterminée. De même le soleil aurait lui-même choisi sa température et sa position par rapport à la Terre. Le soleil aurait ainsi évité que les êtres vivants sur notre planète ne soient ou grillés ou congelés.

Comment un athée peut-il croire que tout s’est fait tout seul ? Comment un athée peut-il s’imaginer que toutes ces lois se sont mises en place d’elles-mêmes, par un hasard extraordinaire, suite à une succession d’accidents heureux ? Malgré cette position répandue, qui nie l’existence d’un Dieu Créateur, certains savants n’arrivent pas à valider cette hypothèse. Albert Einstein n’était pas chrétien. Il était tout au plus déiste et disait : “L’ordre et la précision de l’univers, dans ses aspects innombrables, seraient le résultat d’un hasard aveugle, est aussi peu crédible que si après l’explosion d’une imprimerie, tous les caractères retombaient par terre dans l’ordre d’un dictionnaire.” Il faut une foi invraisemblable pour croire que cette création merveilleuse, ordonnée et précise s’est mise en place toute seule.

MAIS IL EST UNE AUTRE EXPLICATION : UN DIEU CRÉATEUR.

C’est ce que la Bible nous révèle. C’est l’explication la plus plausible. Elle est raisonnable et intelligente. Le Psalmiste disait : « Eternel, tu as fondé la terre, et elle demeure ferme. C’est d’après tes lois que tout subsiste aujourd’hui, car toutes choses te sont assujetties. » (Psaumes 119.90). Ce texte est une merveille. L’ensemble des lois qui régissent notre univers ont été mises en place par Dieu. Tout subsiste d’après les lois de Dieu. Et en même temps, toutes choses sont assujetties à l’Eternel. Dieu est le maître de ces lois. Il peut les suspendre quand il veut, ce qui explique notamment les miracles. Quand le Christ a marché sur les eaux, cela a été possible parce que certaines lois régissant l’univers ont été suspendues pendant un moment, pour permettre au Seigneur d’accomplir ce miracle. De même lorsque l’eau a été changée en vin. Toutes choses ont été et restent assujetties à Dieu qui en est donc maître. Il suffit que Dieu ordonne ou veuille et cela peut tout changer.

On retrouve aussi dans la société le même besoin de lois. Cela est nécessaire pour qu’elle s’organise, se développe. Un système de lois est indispensable. C’est un des rôles du gouvernement et du parlement de promulguer des lois pour que la vie du citoyen puisse s’épanouir et être protégée. Nous pouvons quitter notre maison et partir au travail ou au magasin grâce aux lois garantissant le droit à la propriété privée. Si ces lois n’existaient pas, nous devrions sans cesse veiller et surveiller notre domicile pour que personne n’y entre librement. Des lois nous protègent. Elles sont certes parfois violées par des voleurs, mais elles existent et permettent notre épanouissement. Nous pourrions encore multiplier les exemples pour mettre en évidence l’utilité et les bienfaits des lois.

Il faut souligner que nous avons, par nature, une réaction négative face à ces lois, une antipathie naturelle, une allergie congénitale à tout ce qui est du domaine de la loi. Et pourtant ces lois produisent l’ordre, qui lui-même permet la vie. La suppression des lois naturelles conduit au chaos de l’univers. L’abolition des lois de la société débouche sur l’anarchie, l’arbitraire, le désordre, la peur et la terreur. Pendant la Révolution française de 1789, il fut une période pendant laquelle Paris vécut sans loi. L’Ancien régime n’était pas encore aboli et le nouveau n’était pas encore en place. Cette période de transition se caractérisait par l’absence de lois. Les historiens ont appelé cette période “la Terreur”.

Aujourd’hui encore, quand certains pays connaissent des changements de régime, la transition est marquée par les troubles, l’anarchie, la vengeance, les pillages, les meurtres, la destruction, etc. Il n’y a plus de lois. L’absence de lois conduit d’une façon ou d’une autre à la mort. Ainsi donc, les lois ont pour effet de produire l’ordre dans les domaines de la nature, de notre corps, de la société ou de la morale. Sans loi, c’est le désordre, l’incertitude, la peur, la guerre, la mort. La loi maintient l’ordre, qui à son tour engendre la paix et de là, l’épanouissement.

Une des caractéristiques de notre société de cette fin du 20e siècle est le rejet de toute loi. Nous nous souvenons des slogans : “Il est interdit d’interdire.”, “L’anarchie c’est la vie.” ou encore : “Ni Dieu, ni maître.” Toutes ces formules brèves et frappantes reflètent le mépris de toute loi.

Mais d’où vient cette volonté de rejet de toute loi ? La Bible nous donne quelques pistes pour répondre à cette question. L’Ecriture nous dit que cela vient du diable. Dieu n’est pas un Dieu de désordre. Mais l’ennemi de Dieu est l’ami du désordre, et l’adversaire de toute loi. Dans 2 Thessaloniciens 2.8, l’apôtre Paul parle d’un personnage (“l’impie”) qui viendra à la fin des temps. Ce personnage est appelé par Jean : “l’antchrist”. Il paraîtra juste avant le retour en gloire de Jésus-Christ. Le terme “l’impie” signifie littéralement : “sans loi”. L’impie, l’antichrist, le sans loi, sera produit par la puissance de Satan. Ainsi donc, quand nous sentons ce mouvement de rejet contre tout ordre ou contre toute loi, nous devons nous méfier parce que cette incitation a des racines diaboliques.

Par contraste l’homme de Dieu parle de la loi divine d’une façon toute différente. Le Psalmiste dira : « J’aime ta loi. » (Psaumes 119.113), « J’aime tes préceptes. » (Psaumes 119.119), « J’aime tes commandements plus que l’or. » (Psaumes 119.127), « J’aime tes ordonnances. » (Psaumes 119.119). Ce Psaume 119 est le plus long de la Bible. Il célèbre uniquement la loi, les commandements, les préceptes, les exigences de Dieu. Le Psalmiste disait : « Mon âme est brisée par le désir qui toujours la porte vers tes lois. » (Psaumes 119.20). Dans le Nouveau Testament, les apôtres eux aussi ne manquent pas de faire l’éloge de la loi de Dieu. L’apôtre Paul dira : « Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur. » (Romains 7.22). L’apôtre dira aussi : « La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon. » (Romains 7.12).

Il faut noter que tout au long de l’histoire de l’Eglise, le rejet de toute loi est une hérésie constamment présente. Les apôtres ont déjà dû combattre cette erreur dès le début de l’Eglise quand certains disaient : “Nous sommes sous la grâce, donc la loi ne doit plus être considérée.” Les Réformateurs ont mené eux aussi le même combat. Et de nos jours, il faut encore lutter contre cette tendance qui rejette toute loi. Certes, nous savons que nous sommes sauvés par la foi. Nous ne sommes pas sauvés par les œuvres de la loi. Personne ne sera justifié devant Dieu par les œuvres de la loi. Nous sommes sauvés par la grâce de Dieu, gratuitement par le moyen de la foi en Jésus-Christ. Mais la vraie foi se manifeste par le respect de la loi de Dieu. Cette loi demeure, même sous la grâce, l’expression de la sainteté de Dieu, de la volonté de Dieu pour ses enfants.

Une véritable spiritualité ne se vit pas en dehors de la loi de Dieu, mais au contraire s’exprime dans le respect des saints commandements divins. L’apôtre Jean écrira : « L’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. » (1 Jean 5.3). Et l’apôtre de l’amour écrira dans sa seconde épître : « L’amour de Dieu consiste à marcher selon ses commandements. » (2 Jean 1.6). Les chrétiens doivent vivre par la foi dans le respect de la loi de Dieu. Ceci n’est pas du légalisme, mais de la fidélité à la Parole de Dieu. « Celui qui dit : J’ai connu Dieu, et qui ne garde pas ses commandements est un menteur, et la vérité n’est point en lui. » (1 Jean 2.4). « Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu. » (1 Jean 3.24).

Nous sommes sauvés par la grâce. Mais la loi est bonne et sainte. La grâce nous pousse à obéir à la loi de Dieu. Et l’apôtre Paul explique bien que ce que nous n’arrivions pas à faire par nos propres forces avant notre conversion, l’Esprit-Saint qui nous est donné à la conversion, nous permet dès ce moment de le réaliser. L’œuvre de l’Esprit consiste à nous donner la force dont nous avons besoin pour respecter les commandements de Dieu, et lui être agréable dans notre obéissance. Que Dieu nous fasse la grâce de comprendre sa loi. La bonne compréhension de la loi de Dieu est importante. Il vaut la peine de bien saisir pourquoi Dieu nous a donné les Dix commandements. Il importe d’aimer la loi de Dieu, de la respecter, de l’honorer. Que l’Esprit de Dieu nous donne la force de la pratiquer afin de connaître les joies de l’obéissance et de porter du fruit à la gloire de Jésus-Christ.

Fermer le menu