EPEL Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

La liberté de témoigner amputée

La liberté de témoigner amputée

Voici quelques exemples récents de restriction dans le domaine du témoignage dans un pays laïc, la France, rapportés dans le bulletin de fin 2006, d’une mission travaillant dans l’hexagone :

– Dans deux villes, la mairie vient d’interdire le petit chariot servant à présenter la Bible sur la voie publique. Ailleurs, le stand biblique a été exclu du marché, alors qu’il s’y tenait depuis des années.

– Un jeune homme, issu d’un quartier dit sensible, converti lors d’un camp, lit un calendrier évangélique et la Bible dans le dortoir de l’internant. Un surveillant arrive et lui dit : « Nous sommes dans un établissement laïc, tu n’as pas le droit de lire ça ! » Peu de temps après, un nouvel élève arrive. Le soir, il déroule un tapis dans une certaine direction et s’y prosterne. Notre jeune frère le fait remarquer au surveillant qui, haussant les épaules, lui dit : « Fais ce que tu veux ! »

– Dans une autre ville, une assemblée a, sur sa propriété, un panneau indiquant : « Venez à la source de la vie » et, en dessous, les heures de réunions. La mairie vient de leur demander d’enlever « cette propagande religieuse ».

– Témoignage dans une grande ville, début octobre : la police est venue nous ordonner de ne plus tenir, désormais, de stand de Bible à l’entrée du marché. « Vous avez cinq minutes pour partir ! Ordre de la municipalité ».

Depuis, les chrétiens et les pasteurs évangéliques se réunissent pour prier afin de trouver les armes spirituelles pour réagir à cette décision auprès des Autorités.

« La nuit vient où personne ne peut travailler. » (Jean 9:4)

Paru dans le bulletin ’Résurrection’ de juin 2007.

Fermer le menu