EPE Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Invitation princière

Invitation princière

Dans une salle du château de Dresde, le Prince Electeur de Saxe avait invité les plus grands personnages du royaume. Il voulait leur offrir un divertissement de qualité : l’audition d’un illustre musicien.

Simple, mais non intimidé par l’apparat qui l’entoure, le musicien s’assied tout près du clavecin, le fixe du regard et va donner le signal du commencement. Un grand silence ! On attend une mélodie joyeuse, peut-être un air de danse. Mais l’esprit de l’artiste est ailleurs.

Lentement, solennellement, une hymne retentit : « L’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde… » Un coup de tonnerre n’aurait pas secoué davantage l’auditoire.

Le Prince, la gorge serrée, ne trouve pas un mot à dire. Les courtisans écoutent silencieux. Les accords pénètrent, remuent les cœurs. « Voici l’Agneau de Dieu qui vient expier les péchés des coupables. » Et le choral se termine par cette parole sublime prêtée au Sauveur des hommes : « Je veux souffrir ! C’est pour toi que je veux souffrir. »

Le récital est terminé. Le compositeur baisse les yeux et garde le silence comme s’il était encore près de la croix. Le Prince saisit les deux mains de Jean-Sébastien Bach – car c’était lui – et met son anneau à l’un de ses doigts. Bach s’incline avec respect et dit : « Excellence, puissiez-vous ne jamais oublier le thème de ce choral. C’est le seul remerciement auquel j’ai droit. »

Johann Sebastian Bach (en français Jean-Sébastien)

(Eisenach, 1685 -­ Leipzig, 1750)

Organiste virtuose, claveciniste, violoniste et professeur de musique. Il dirigea l’orchestre du prince Léopold d’Anhalt à Köthen (1717) et devint, en 1723, maître de chapelle à l’école Saint-Thomas de Leipzig, où il demeura jusqu’à sa mort. Il eut vingt enfants ; neuf moururent en bas âge, et quatre devinrent des musiciens célèbres.

Il aborda, en tant que compositeur, toutes les formes musicales, à l’exception de l’opéra. Leur caractère essentiellement polyphonique et l’omniprésence du choral luthérien ont permis à Bach d’accomplir le plus important travail de synthèse de l’histoire de la musique. Ses œuvres de musique religieuse, vocale ou instrumentale valent par la science de l’architecture, l’audace du langage harmonique, la richesse de l’inspiration et la spiritualité qui s’en dégagent.

Sources : Dictionnaire Hachette / Dictionnaire Larousse 2009
In bulletin “Résurrection” de janvier 1992.

Fermer le menu