EPEL Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

Foi ou religion ?

Foi ou religion ?

Volet 1 : Actes 26 : 1 à 29 – Philippiens 1 : 21

Le chapitre 26 du livre des Actes des apôtres contient le récit de la conversion de l’apôtre Paul, sa rencontre personnelle avec Jésus-Christ. Cet événement va bouleverser sa vie. L’apôtre ne sera plus jamais le même. Paul est l’illustration vivante de l’affirmation reprise dans 2 Corinthiens 5.17 : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature ses choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » On peut considérer cette expérience de Paul, non seulement comme sa conversion, mais aussi comme son passage de la religion à la foi. Nous allons établir les différences qui séparent la religion et la foi.

Le Nouveau Testament utilise très peu le mot “religion”. Il le fait trois fois, à deux reprises par l’apôtre Paul (Actes 25.19 et 26.5), et une fois par Jacques (Jacques 1.26-27). Si le terme religion n’est cité que trois fois dans le Nouveau Testament, notre société contemporaine par contre l’emploie souvent. Nous, chrétiens, pouvons déjà tirer une leçon de cette première constatation : veillons dans notre témoignage, dans nos conversations, à éviter l’usage du mot religion au profit d’autres expressions utilisées à profusion dans l’Ecriture. Le Nouveau Testament emploie fréquemment les mots “vie”, “vie nouvelle”, “conversion”, “repentance”, “croire”, “nouvelle naissance”, “marcher avec Christ”, “suivre Christ”, “aimer Christ”. Si nous utilisons aussi ces expressions, nous sommes alors beaucoup plus près du texte biblique, de la Parole du Seigneur et de ses apôtres. Nous ne prêchons pas une religion, ni le protestantisme, ni l’évangile des évangéliques, mais une personne : Christ. Ainsi donc évitons de dire que “nous pratiquons notre religion” et parlons plutôt de “notre vie avec Christ”. Dans Philippiens 1.21, l’apôtre Paul dit bien « Christ est ma vie. », et non pas “Christ est ma religion.” A propos de sa rencontre avec Jésus-Christ, Paul n’a jamais parlé de “religion”, mais de “vie”.

Dans notre pays, beaucoup de personnes ont une religion mais pas la foi. Enormément de gens ne savent en fait pas ce qu’est la foi. Ils ne savent du reste pas non plus expliquer ce qu’est leur religion. En Belgique, beaucoup de catholiques n’ont pas la foi. De même dans d’autres pays, beaucoup de protestants n’ont pas non plus la foi. Dans certains pays, il peut y avoir un nombre non négligeable de protestants, mais très peu de chrétiens. C’est le cas notamment aux Etats-Unis où beaucoup de gens religieux forment de grosses églises qui ne comportent en fait que peu de chrétiens. Beaucoup d’Américains sont religieux, mais peu ont la foi.

Première différence entre foi et religion : la religion est faite de pratiques extérieures, mais la foi est l’œuvre de l’Esprit à l’intérieur de l’être humain. Jésus a fustigé les Pharisiens parce qu’ils ne soignaient que l’extérieur.

Ils avaient une religion, mais pas la foi. Et Jésus leur dira : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu’au dedans ils sont pleins de rapine et d’intempérance. Pharisien aveugle ! Nettoie premièrement l’intérieur de la coupe et du plat, afin que l’extérieur aussi devienne net. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, et qui, au dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impuretés. Vous de même, au dehors, vous paraissez justes aux hommes, mais au dedans, vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité. » (Matthieu 23.25-28). Jésus fait réellement preuve d’une extrême sévérité quand II parle à ces gens religieux. En fait quelles que soient les religions, elles soignent toutes l’extérieur, l’apparence, le dehors, le superficiel, ce qui frappe les yeux. Mais la foi, au contraire, traite l’homme de façon différente, par l’intérieur. C’est l’intérieur qui doit être soigné, en quelque sorte tout ce qui n’apparaît pas. La conversion est l’œuvre de l’Esprit-Saint à l’intérieur de l’homme. La Bible parle de « Christ en nous » et de « notre homme intérieur qui se renouvelle de jour en jour. » (2 Corinthiens 4.16). L’apôtre Paul dit aux chrétiens de l’Eglise d’Ephèse « d’être puissamment fortifiés par le Saint-Esprit dans l’homme intérieur. » (Ephésiens 2.16). Telle est l’œuvre de l’Esprit, celle que Dieu veut accomplir dans chacun de nos cœurs.

Seconde différence entre foi et religion : les religions ne produisent aucun changement dans l’homme. Aucune religion ne peut transformer l’être humain. Par contre, la foi, cette œuvre de Dieu à l’intérieur de l’homme, bouleverse les vies. C’est l’expérience de l’apôtre Paul, et la nôtre si nous sommes venus à Jésus-Christ. Tant que les choses restent au stade de la religion, rien ne change ! Mais dès que l’œuvre de l’Esprit s’accomplit dans notre cœur, alors tout devient différent. Entre la foi et la religion, il n’y a plus qu’une nuance.

L’apôtre Paul parle de son éducation religieuse (Actes 26.5). Celle-ci, pourtant fondée sur la Bible, n’avait rien changé dans sa vie. Dès sa jeunesse, Paul a vécu en pharisien, selon la secte la plus rigide. C’était du sévère… Mais ce n’était que de la religion sévère. Ces années de judaïsme ne l’avaient pas changé du tout. Que du contraire, les défauts de son caractère n’étaient qu’accentués Paul avait en ce moment un tempérament colérique, emporté, brutal, cruel, comme il le dit lui-même dans son témoignage. Il avait des excès de fureur et persécutait les chrétiens. Telle était la pratique de la religion de Saul de Tarse. Il approuvait le meurtre d’Etienne (Actes 8.1) et respirait la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur (Actes 9.1). Mais regardons quelques instants après sa rencontre avec Jésus-Christ. Quelle tendresse ! Quelle affection chez Paul ! Il garde toujours son caractère et son tempérament bouillant, mais contrôlé par le Saint-Esprit. Il écrit en effet aux Thessaloniciens qu’il s’est occupé d’eux comme un père, comme une mère : « Nous avons été pleins de douceur au milieu de vous. De même qu’une nourrice prend soin de ses enfants, nous aurions voulu, dans notre vive affection pour vous, non seulement vous donner l’Evangile de Dieu, mais encore nos propres vies, tant vous nous étiez devenus chers. » (1 Thessaloniciens 2.7-8) et : « Vous savez aussi que nous avons été pour chacun de vous ce qu’un père est pour ses enfants. » (1 Thessaloniciens 2.11). Il écrit aussi aux Corinthiens : « C’est dans une grande affliction, le cœur angoissé, et avec beaucoup de larmes, que je vous ai écrit, non pas afin que vous soyiez attristés, mais afin que vous connaissiez l’amour extrême que j’ai pour vous. » (2 Corinthiens 2.4). Quelle transformation dans la vie de Paul !

Qu’en est-il de chacun de nous ? Sommes-nous des religieux dans la vie desquels il n’y a rien de changé ? De quel côté sommes-nous ? Du côté des religieux ou du côté de ceux qui ont la foi ? Il existe parfois de “bons vieux Protestants” qui n’ont jamais été transformés par la grâce de Dieu. Dans toutes les églises protestantes, on rencontre des gens religieux qui n’ont jamais été transformés intérieurement. Certains sont réguliers chaque dimanche, ont été baptisés, lisent la Bible, prient, mais n’ont cependant jamais changé un seul iota dans leur conduite. Ils sont religieux certes mais ils n’ont pas la foi. Il y a une différence entre la religion et la foi. C’est la différence qui existe entre l’enfer et le paradis. La foi en Christ nous conduit à la vie éternelle. Le qualificatif le plus utilisé par Jésus pour parler des pharisiens est “hypocrite”. Il est utilisé 8 fois dans le redoutable chapitre 23 de l’Evangile selon Matthieu : « Malheur vous, scribes et pharisiens hypocrites ! » Dans Luc 12.1, Jésus disait : « Avant tout, gardez-vous du levain des pharisiens, qui est l’hypocrisie. » En fait, puisque le religion ne transforme pas un être humain, l’homme est donc obligé de tricher, de jouer la comédie et de tomber dans l’hypocrisie. Ainsi donc, devant les hommes il fait le mouton mais à la maison c’est un lion. Publiquement, il a l’apparence d’un ange mais en privé c’est un démon. Le comportement hypocrite est un produit de la religion. C’est pourquoi Jésus était si sévère envers les Pharisiens, tout en les aimant.

Troisième différence : la religion conduit à l’hypocrisie, la foi conduit à la vérité. Qu’y-a-t-il dans notre cœur ? La religion ou la foi ? La foi produit la vérité. La Bible dit : « La vérité demeure en nous, et sera avec nous pour l’éternité. » (2 Jean 1.2). Dès que le Seigneur habite notre cœur, cela produit la vérité. Avez-vous la foi ? Êtes-vous seulement religieux ? Aux chrétiens de l’église de Corinthe, l’apôtre Paul écrit : « Examinez-vous vous-mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi. Éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus-Christ est en vous ? À moins peut-être que vous ne soyez réprouvés. » (2 Corinthiens 13.5). Peut-être avez-vous une bonne religion mais pas la foi qui sauve. La Bible dit : « Sans la foi il est impossible d’être agréable à Dieu. » (Hébreux 11.6).

Nous ne prêchons donc ni une religion, ni le protestantisme, mais le Christ et la foi qui transforme, qui sauve, qui conduit à la vérité et qui la produit. Le meilleur des protestants au monde peut n’avoir qu’une simple religion, mais sans Christ.

Votre vie a-t-elle été transformée par la foi en Christ et l’action du Saint-Esprit ? Y a-t-il des changements tangibles dans votre vie, que votre épouse voit, que votre mari constate, que vos enfants peuvent apprécier, que vos voisins, collègues de travail ou amis ne peuvent nier ? La foi a-t-elle accompli en vous un travail intérieur et produit la vérité ? Chassons la religion et saisissons la foi !

Fermer le menu