EPE Charleroi - 190 rue des Cayats - 6001 Marcinelle - +32 71 32 84 92

“Telle que je suis…”

Petite histoire de l’un de nos cantiques les plus connus

C’était une femme pleine d’amertume. Charlotte Elliott, de Brighton an Angleterre. Sa santé était brisée et son infirmité l’avait endurcie. « Si Dieu m’aimait » murmurait-elle, « Il ne m’aurait pas traitée de la sorte ».
Voulant l’aider, un pasteur suisse du nom de César Malan, lui rendit visite le 9 mai 1822. Pendant le repas, Charlotte perdit le contrôle d’elle-même et éclata en violent accès de colère, râlant contre Dieu et contre sa famille. Sa famille embarrassée, quitta la pièce, et le Docteur Malan, seul avec elle, la regarda par-dessus la table.

« Tu es fatiguée de toi, n’est-ce pas ? » dit-il enfin. « Tu t’accroches à ta haine et à la colère, parce que tu n’as rien d’autre au monde à quoi t’accrocher. Par conséquent, tu es devenue aigrie, amère et rancunière. »

« Quel est votre remède ? » dit Charlotte.

« La foi que tu essaies de mépriser. »

Alors que l’entretien progressait, Charlotte se radoucit. « Si je voulais devenir une chrétienne et posséder la paix et la joie qui sont les vôtres » dit-elle enfin, « Que devrais-je faire ? »

« Tu te donnerais à Dieu, telle que tu es maintenant, avec tes luttes et tes craintes, tes haines et tes amours, ton orgueil et ta honte. »

« Je devrai venir à Dieu telle que je suis ? Est-ce bien cela ? »

Charlotte est venue à Dieu telle qu’elle était. Son cœur fut changé ce jour-là et, au fil des jours, elle découvrit et s’appropria ce passage de la Bible, Évangile selon Jean 6:37, comme un verset spécialement pour elle, où Jésus dit : « … je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi ».

Elle composa ensuite ce cantique connu dans le monde entier et traduit en de nombreuses langues :

Tel(le) que je suis, sans rien à moi,
Sinon ton sang versé pour moi
Et ta voix qui m’appelle à toi,
Agneau de Dieu, je viens, je viens !

Paru dans le bulletin “Résurrection” de mai 2007.

 

Fermer le menu